Et d’abord, plus près de nous, que nous réservent les décennies à venir ? une « guerre des civilisations », ou la sérénité du « village global » ?:
MATIERE A REFLEXON

يحي فوزي نشاشبي في الأحد 09 مارس 2014


MATIERE  A  REFLEXION

XIX

… Et d’abord, plus  près  de  nous,  que  nous  réservent  les décennies à venir ? une « guerre  des  civilisations », ou  la  sérénité  du  « village global » ?

Ma  conviction  profonde,  c’est  que  l’avenir  n’est  écrit  nulle  part,  l’avenir  sera  ce  que  nous  en  ferons.

Et  le  destin ?  demanderont  certains,  avec  un  clin  d’œil  appuyé  à  l’Oriental  que  je  suis.  J’ai l’habitude  de répondre  que,  pour l’homme,  le  destin  est  comme  le  vent  pour  un  voilier.  Celui  qui  est à  la  barre  ne  peut  décider  d’où  souffle  le  vent,  ni  avec  quelle  force,  mais  il  peut  orienter  sa  propre  voile.  Et  cela  fait  parfois  une sacrée  différence. Le  même  vent  qui fera  périr  un  marin  inexpérimenté,  ou  imprudent,  ou mal  inspiré ;  ramènera  un  autre  à  bon  port.

S’agissant  du  « vent » de  la  mondialisation qui  souffle  sur  la  planète,  on  pourrait  dire  à peu  près  la  même  chose. Il serait  absurde  de  chercher  à  l’entraver ;  mais  si  l’on  navigue  habilement,  en  gardant  le cap  et  en  évitant  les  écueils,  on  peut  arriver  « à  bon port ».( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***   

… Mon  sentiment  est  différent.  Il me  semble  que  le  « vent »  de  la  mondialisation  pourrait  effectivement  nous conduire  au  pire,  mais  également  au  meilleur.  Si  les  nouveaux  moyens  de  communication,  qui  nous  rapprochent  trop  vite  les  uns  des  autres,  nous  amènent  à  affirmer,  par  réaction,  nos  différences,  ils  nous  font  également  prendre  conscience  de  notre  destin  commun. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***   

…  « Les  hommes  sont  plus  les  fils  de  leur  temps  que  de  leurs  pères »,  disait  l’historien  Marc  Bloch.  Cela  a  toujours  été  vrai,  sans  doute,  mais  jamais  autant  qu’aujourd’hui.  ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

*** 

… De  fait  nous  sommes  tous  infiniment  plus  proches de  nos  contemporains  que  de  nos  ancêtres. Serais-je  en  train  d’exagérer  si  je  disais  que  j’ai  bien  plus  de  choses  en  commun  avec  un  passant  choisi  au  hasard  dans  une  rue  de  Prague,  de  Séoul,  ou  de  San  Francisco,  qu’avec  mon  propre  arrière-grand-père ? Non seulement dans l’aspect,  dans  le  vêtement,  dans  la  démarche,  non  seulement  dans  le  mode  de  vie,  le  travail,  l’habitat,  les  instruments  qui  nous  entourent,  mais  aussi  dans  les  conceptions  morales,  dans  les  habitudes d e  pensée. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

…En  somme,  chacun  d’entre  nous  est  dépositaire  de  deux  héritages :  l’un, « vertical »,  lui  vient  de ses  ancêtres, des  traditions  de  son  peuple, de  sa  communauté  religieuse ; l’autre ; « horizontal »,  lui  vient  de  son  époque, de  ses  contemporains.  C’est  ce  dernier  qui  est,  me  semble-t-il,  le  plus  déterminant, et  il  le  devient  un  peu  plus  encore  chaque  jour ;  pourtant,  cette  réalité  ne  se  reflète  pas  dans  notre  perception  de  nous-mêmes.  Ce  n’est  pas  de  l’héritage  « horizontal »  que  nous  nous  réclamons,  mais  de  l’autre. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

… Parallèlement  au  combat  pour  l’universalité  des  valeurs, il est impératif  de  lutter  contre  l’uniformisation  appauvrissante,  contre  l’hégémonie  idéologique  ou  politique  ou  économique  ou  médiatique,  contre  l’unanimisme  bêtifiant,  contre  tout  ce  qui  bâillonne  les  multiples  expressions  linguistiques,  artistiques,  intellectuelles.  Contre   tout  ce  qui  va  dans  le  sens  d’un  monde  monocorde  et  infantilisant. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf )

***  

…  CE  que  je  dis  de  la  cuisine,  je  pourrais  l’étendre  à  bien  d’autres  aspects  de  la  culture  quotidienne.  La  musique  par  exemple.  Là  encore,  il  y  a  un  foisonnement extraordinaire. D’Algérie nous  parviennent  souvent  les  nouvelles  les  plus  révoltantes,  mais il  en  émane  aussi  des  musiques  inventives,  répandues  par  tous  ces  jeunes  qui  s’expriment  en  arabe,  en  français,  ou en  kabyle ;  certains  sont  demeurés   au pays,  malgré  tout,  alors  que  d’autres  sont  partis, mais  en  emportant  avec  eux,  en  eux,  la  vérité  d’un  peuple,  l’âme  d’une  culture,  dont  ils  portent  témoignage.( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

*** 

… C’est aussi  cela,  la  mondialisation.  Jamais,  dans  le passé, l’humanité n’avait  eu  les  moyens  techniques  d’entendre  tant  de  musiques,  à  volonté,  toutes  ces  voix  venues  du  Cameroun,  d’Espagne,  d’Egypte,  d’Argentine,  du  Brésil,  du  Cap-Vert,  comme   de  Liverpool,  de  Memphis,  de  Bruxelles  ou  de  Naples.  Jamais  autant  de  personnes  n’avaient  eu  la  possibilité   de  jouer,  de  composer,  de  chanter  et  de  se  faire  entendre. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

… A  ceux  qui  réagissent  ainsi,  j’ai  constamment  envie  de  dire :  le  monde  d’aujourd’hui  ne  ressemble pas  à  l’image  que  vous  vous  en  faites !  Ce  n’est  pas  vrai  qu’il  est  dirigé  par  des  forces  obscures,  omnipotentes !  ce  n’est  pas  vrai  qu’il  appartient  aux  « autres » ! Sans doute  l’ampleur  de  la  mondialisation,  comme  la  rapidité  vertigineuse  des  changements,  donnent-elles  à  chacun  d’entre  nous  le  sentiment  d’être  submergé  par  tout ce qui se passe, et  incapable  de modifier  le  cours  des  choses.  Mais  il  est  essentiel  de se  rappeler  constamment  que  c’est  là  un  sentiment  extrêmement   partagé,  y  compris  par  ceux  que  l’on  a coutume  de  voir  tout  en  haut  de  l’échelle.( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf )

***  

… A  qui   donc  appartient  le monde ?  à  aucune  race  en  particulier,  à  aucune  nation  en  particulier.  Il  appartient,  plus  qu’à  d’autres  moments  de  l’Histoire,  à  tous  ceux  qui  veulent  s’y  tailler  une  place.  Il  appartient  à  tous  ceux  qui  cherchent  à  saisir  les nouvelles  règles  du  jeu  -  aussi  déroutantes  soient-elles  -  pour  les  utiliser  à  leur  avantage. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***

 

اجمالي القراءات 7145

للمزيد يمكنك قراءة : اساسيات اهل القران
أضف تعليق
لا بد من تسجيل الدخول اولا قبل التعليق
تاريخ الانضمام : 2006-10-28
مقالات منشورة : 249
اجمالي القراءات : 1,835,063
تعليقات له : 233
تعليقات عليه : 336
بلد الميلاد : Morocco
بلد الاقامة : Morocco