Search:
From the Archive
Fatwas Part Sixty-Three
The Rider & The Ridden
The Oppressed Citizens within Tyrannical Countries Have the Right to Take their Rights by Their Hands
Gulf Cooperation Council Between Two Fires in Bahrain and Libya
Concerning the Angels, Adam, Satan, and the Quranic Term (Call)
Torture within Quranist Viewpoint (12): On Avoiding Torment by Repentance
Evaluating South Africa’s Truth and Reconciliation Commission
Quranic Terminology: Truth/True/Truly/Truthful: (1) in the Sense of Belief
Fatwas Part Ninety-Five
Fatwas: Part Three
Fatwas Part Eighty-Six
About those who Easily Dare to Insult God and the Quran with their Blasphemies
Our Journey to Israel and Palestine (5)
Formation Statement of the Abraham Federation
L'extravagance des membres de la famille royale saoudienne en tant que précurseur de la destruction imminente
How God was presented in the Qur’an?
The Saudis’ PR ‘Roads’ Show
The Religion of Abraham: Our Father
President Obama and King Abdullah Al-saud
Two Christians Freed; Two Peoples Held Captive
Le camp du bien s’oppose au terrorisme

 Le camp du bien s’oppose au terrorisme

 

Publié le 30 mars 2019

Traduit par: Ahmed Fathy

 

          

Introduction:

 Il est clair que le massacre perpétré dans les deux mosquées de Nouvelle-Zélande a montré l’émergence de deux camps: le camp du bien et le camp du mal. Il est clair encore que la Nouvelle-Zélande (avec ses dirigeants et sa nation) est définitivement le numéro un dans le camp du bien.

 

Premièrement: le camp du bien en Nouvelle-Zélande s’oppose au terrorisme:

1- Géographiquement, la Nouvelle-Zélande est un pays éloigné. Il est rarement mentionné dans les nouvelles des médias mondiaux; ses citoyens vivent en paix sans problèmes entre eux et ne dérangent jamais les autres. Après l'attaque terroriste perpétrée dans les deux mosquées de Nouvelle-Zélande par un criminel australien qui s'est rendu en Nouvelle-Zélande, le nom de ce pays a fait les gros titres de la presse dans le monde entier. Bien entendu, la position du peuple néo-zélandais à l’égard de ce massacre dans les deux mosquées montre la gentillesse et le caractère pacifique et positif des citoyens de la Nouvelle-Zélande; leur pays mérite d'être au sommet de la liste du camp du bien qui est contre le terrorisme. La Nouvelle-Zélande est une démocratie et il n’ya pas d’opprimés ni de faibles sur la terre; il a son système démocratique et ses valeurs originales. Cela signifie que la Nouvelle-Zélande, paisible et lointaine, contraste avec les pays du Moyen-Orient en proie à des troubles et à qui de mauvaises nouvelles arrivent dans les médias mondiaux. Les pays du Moyen-Orient sont gouvernés par des tyrans intronisés qui répandent la corruption à l'intérieur et à l'extérieur de leurs pays et ils méritent d'être au sommet de la liste du camp du mal.

2- Les citoyens de la Nouvelle-Zélande comptent près de 5 millions d'habitants. Environ les trois quarts d’entre eux sont des Blancs et ils accueillent favorablement l’immigration (c’est la position de l’Etat et de la nation). En fait, la plupart des citoyens de la Nouvelle-Zélande sont des immigrants. Environ 50 000 immigrants entrent en Nouvelle-Zélande chaque année. Il existe plusieurs minorités en Nouvelle-Zélande, y compris la minorité des peuples indigènes: les Maoris. Au sein de cette diversité et de cette tolérance, la Nouvelle-Zélande est l'un des pays les plus avancés en termes de niveaux d'éducation, de liberté économique et de manque de corruption. En fait, en Nouvelle-Zélande, 99% des adultes sont des personnes instruites. Ce pays est l'un des pays les plus habitables du monde. Le pourcentage de gens «musulmans» en Nouvelle-Zélande est de 1% et la plupart d'entre eux ne sont pas nés en Nouvelle-Zélande; beaucoup d'entre eux sont des Indiens et des gens du Moyen-Orient.

3- Le massacre odieux des deux mosquées a montré que la Première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, faisait partie des meilleurs hommes politiques et personnalités humanitaires de notre époque. Ardern est devenue Première ministre de la Nouvelle-Zélande en 2017; elle est la plus jeune personne à occuper ce poste en Nouvelle-Zélande depuis 150 ans. Cette grande dame mérite l'amour et le respect du monde entier pour ce qu'elle a affirmé après le massacre, en termes de paroles et d'actes.

3/1: En termes de paroles, notons les points suivants.

3/1/1: Les meilleures paroles qu’elle a dites à propos des victimes, qu’elles et le reste de la population néo-zélandaise, ne font qu'un: "Ils étaient néo-zélandais, ils étaient nous. Parce qu'ils étaient nous, nous les pleurons...Nous sommes un, ils sont nous", a-t-elle déclaré.

3/1/2: Ardern a commencé son discours, tout en noir pour indiquer un profond deuil, en disant (en arabe): "La paix soit avec vous" et a terminé son discours en disant (en arabe) "La paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient avec vous". En outre, elle a cité des versets coraniques lors d'une session au sein du Parlement de la Nouvelle-Zélande.

3/1/3: Ardern a loué le courage de certaines victimes qui ont tenté d'arrêter le terroriste australien qui a attaqué les deux mosquées; elle a mentionné comment un homme de 71 ans a accueilli ce terroriste (avant que ce terroriste montre son arme) en disant: "Bonjour frère, bienvenue". Ce sont ses derniers mots. Ardern a déclaré que l'incident était "l'un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande", que "le 15 mars sera désormais un jour gravé dans nos mémoires collectives" et que les victimes avaient choisi de s'installer en Nouvelle-Zélande. Elle a déclaré qu'il n'y avait "pas de place en Nouvelle-Zélande pour de tels actes de violence extrême". "Nous ne pouvons pas connaître votre chagrin, mais nous pouvons vous accompagner à chaque étape", a déclaré Ardern aux familles des victimes.

3/1/4: Ardern a dit aux gens musulmans de Christchurch que la Nouvelle-Zélande était unie dans le chagrin. Elle a déclaré que les victimes avaient choisi de s'installer en Nouvelle-Zélande et que cela ne devait jamais être considéré comme la raison de la propagation des idées extrémistes.

3/1/5: Ardern a déclaré ce qui suit au sujet du criminel australien: "Il fera face à toute la force de la loi en Nouvelle-Zélande ... Il a recherché beaucoup de choses dans son acte de terreur, mais l'une d'entre elles était sa notoriété. pourquoi tu ne m'entendras jamais m'entendre mentionner son nom. C'est un terroriste. Il est un criminel. Il est un extrémiste. Mais, quand je parlerai, il n'aura pas de nom. Et aux autres, je vous en supplie: prononcez les noms de ceux qui ont été perdus, plutôt que le nom de l'homme qui les a pris. Il a peut-être cherché la notoriété, mais nous, en Nouvelle-Zélande, nous ne lui donnerons rien. Pas même son nom."

3/1/6: "Nous examinerons ce que nous savions, aurions pu ou aurions dû savoir. Nous ne pouvons pas permettre que cela se reproduise", a déclaré Ardern. Elle a affirmé que les autorités assumeraient la responsabilité de préserver la réputation de la Nouvelle-Zélande et sa nation pacifique qui embrasse la diversité.

3/2: En termes d'actes, nous notons les points suivants.

3/2/1: Ardern a participé à de nombreuses funérailles des victimes.

3/2/2: Elle a annoncé des changements radicaux dans les lois sur les armes à feu du pays; elle a interdit toutes les armes semi-automatiques de style militaire.

3/2/3: Elle a annoncé qu'un silence de deux minutes serait observé vendredi pour marquer une semaine depuis l'attaque terroriste de Christchurch.

3/2/4: Elle a fait diffuser le vendredi Azan (appel aux prières) à la radio et à la télévision nationales dans toute la Nouvelle-Zélande.

3/2/5: Elle portait un foulard et une robe noire de deuil lorsqu'elle a rencontré des dirigeants de la communauté musulmane. Les femmes autour de la Nouvelle-Zélande ont porté un foulard en solidarité avec les femmes musulmanes.

3/2/6: Elle a exhorté le gouvernement néo-zélandais à mieux protéger toutes les mosquées.

3/2/7: Elle a exhorté le gouvernement néo-zélandais à revoir le rôle joué par les réseaux de médias sociaux dans la diffusion des idées sur la violence, la haine et l'extrémisme.

3/3: Dans ses efforts pour la réforme, nous notons les points suivants.

3/3/1: Ardern a reconnu l'existence d'un discours, parmi peu de personnes en Nouvelle-Zélande, appelant à l'extrémisme et à la haine et que ces quelques personnes partageaient l'idéologie du criminel australien: "Un homme de 28 ans - un citoyen australien - a été accusé ... Cela n’enlèvera bien sûr pas la responsabilité que nous devons aussi assumer en tant que nation, nous opposer au racisme, à la violence et à l’extrémisme ", a-t-elle déclaré. "... Nous examinerons également le rôle joué par les médias sociaux et les mesures que nous pouvons prendre ... Il ne fait aucun doute que les idées et le langage de la division et de la haine existent depuis des décennies, mais leur forme de distribution, les outils de l'organisation , elles sont nouvelles. Nous ne pouvons pas simplement rester les bras croisés et accepter que ces plates-formes existent tout simplement… ", a-t-elle déclaré. "Nous sommes une nation de 200 ethnies et 160 langues. Nous ouvrons nos portes aux autres et nous leur souhaitons la bienvenue. Et la seule chose qui doit changer après les événements de vendredi, c'est que cette même porte doit se fermer sur tous ceux qui épousent la haine et la peur. Oui, la personne qui a commis ces actes n'était pas d'ici. Il n'a pas été élevé ici. Il n'a pas trouvé son idéologie ici, mais cela ne veut pas dire que ces mêmes opinions ne vivent pas ici ", a-t-elle déclaré. Les principales personnalités gouvernementales en Nouvelle-Zélande ont déclaré que les idées d'extrémisme insultaient la grande majorité des Néo-Zélandais et que le gouvernement assumerait la responsabilité de les déraciner et de ne jamais laisser le climat de les aider se développer. Le massacre de Christchurch est une attaque terroriste individuelle et choquante qui a porté préjudice à un groupe de Néo-Zélandais réunis pour prier dans un lieu pacifique. L'idéologie du criminel australien est condamnée. Aider les familles des victimes fait partie des valeurs chères aux Néo-Zélandais. Tous les citoyens refusent les idées d'extrémistes d'extrême droite et toute idéologie allant à l'encontre des valeurs de la Nouvelle-Zélande. Les Néo-Zélandais condamnent la violence et l'extrémisme. Le gouvernement de la Nouvelle-Zélande assume la responsabilité de protéger les lieux de culte et la liberté d'expression de toutes les religions et de toutes les cultures. La Nouvelle-Zélande est un pays fier de sa diversité culturelle, religieuse et raciale.

3/3/2: Ardern a adressé son discours, appelant à la réforme, au monde entier; elle a proposé une campagne internationale pour déraciner les idées racistes d'extrême droite. Elle a déclaré au président Trump que les Etats-Unis devraient offrir aux communautés musulmanes "de la sympathie et de l'amour". Ardern a commenté: "Ce qui s’est passé à Christchurch est un acte extraordinaire de violence sans précédent. Il n’a pas sa place en Nouvelle-Zélande. Beaucoup de personnes touchées seront membres de nos communautés de migrants - la Nouvelle-Zélande est leur foyer...". Ardern mène à présent des efforts pour lutter contre l'extrémisme en ligne et la Nouvelle-Zélande pour stopper l'utilisation des médias sociaux pour organiser et promouvoir le terrorisme à la suite des attentats de Christchurch. "Les attaques terroristes du 15 mars ont vu les médias sociaux utilisés de manière sans précédent un outil pour promouvoir un acte de terrorisme et de haine ", a-t-elle déclaré dans un communiqué. "Il est essentiel que les plates-formes technologiques ... ne soient pas perverties en tant qu'outil antiterroriste, mais qu'elles fassent partie d'une solution globale pour lutter contre l'extrémisme ... A la suite des attaques du 15 mars, les Néo-Zélandais unis dans un but commun: que de telles attaques ne se reproduisent plus. Si nous voulons prévenir les contenus extrémistes violents en ligne, nous devons adopter une approche globale impliquant d’autres gouvernements, des entreprises de technologie et des dirigeants de la société civile ... depuis trop longtemps, il est également possible d’utiliser ces plates-formes pour inciter à la violence extrémiste. diffuser des images de cette violence, comme ce fut le cas à Christchurch. C’est ce qui doit changer … Nous devons tous agir, et cela inclut les fournisseurs de médias sociaux qui assument davantage de responsabilités pour le contenu de leurs plateformes et qui agissent pour que le contenu extrémiste violent ne puisse pas être publié ni partagé. "Elle a déclaré. Ardern a lancé un appel en faveur d’un front mondial uni pour lutter contre la montée de l’extrémisme blanc. "Au niveau national, avec chacun de nous. Je dois reconnaître qu'il y a certaines choses que nous devons confronter collectivement, en tant que leaders internationaux. Nous ne pouvons pas, par exemple, simplement permettre que certains des défis auxquels nous sommes confrontés avec les médias sociaux soient traités au cas par cas. Il y a un argument à faire pour que nous prenions un front uni sur ce qui est un problème mondial. Ce n'est pas seulement un problème pour la Nouvelle-Zélande. Les plateformes de médias sociaux ont été utilisées pour propager la violence, un matériel incitant à la violence. Nous devons tous présenter un front uni. S'agissant du racisme, de l'extrémisme et de la violence, nous avons également des devoirs sur le plan national", a-t-elle déclaré. Ardern donne maintenant l'exemple aux autres dirigeants mondiaux sur la manière de réagir à une crise et de faire en sorte que tous se sentent en sécurité et bien accueillis. "Se sentir en sécurité signifie se sentir à l’abri de la violence. Le gouvernement peut faire beaucoup de choses pour s'assurer que les gens ne sont pas victimes de violence et nous le ferons. Mais cela signifie également créer un lieu où il n'y a pas de milieu propice à la violence, où nous ne laissons pas le racisme exister, car le racisme engendre l'extrémisme", a-t-elle déclaré. "Mon travail consiste à faire en sorte que les gens se sentent en sécurité. Actuellement, je ne suis pas profondément troublé et mon travail consiste à rétablir ce sentiment de sécurité ", a-t-elle déclaré. "Les valeurs de tolérance, d'inclusion et de paix - telles sont les valeurs de la Nouvelle-Zélande. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de poches d’idéologies qui vont à l’encontre de nos valeurs - que nous rejetons totalement en tant que nation - mais nous serions naïfs de penser que nous sommes le seul pays au monde à ne pas en avoir autant", a-t-elle déclaré. "J'entendrai les Néo-Zélandais refléter le fait que ce qui s'est passé ici n'était pas un acte d'un citoyen néo-zélandais, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de problèmes à régler ici, nous le faisons. Et c'est le plus gros projet", at-elle déclaré. Ardern a déclaré que la Nouvelle-Zélande avait "délibérément" qualifié la violence à Christchurch "d'attentat terroriste" contre la communauté musulmane. "... le message que j'ai transmis à chaque dirigeant mondial est que notre travail consiste à partager l'amour et le soutien des communautés musulmanes du monde entier", a-t-elle déclaré.

4- Bien entendu, la Nouvelle-Zélande a le même niveau de vérité et d’honneur que Jacinda Ardern, qui a dirigé le processus de deuil du pays, a été la première personne à signer un livre de condoléances national. Elle a également rencontré des membres de la famille des victimes et la vaste communauté musulmane de Christchurch tout en portant un hijab, devenant ainsi un symbole d'amour et de tolérance dans un monde de haine et de xénophobie en augmentation. Elle ne voulait pas que les 50 victimes meurent en vain alors qu'elle agissait immédiatement pour renforcer les lois sur les armes à feu. Parmi les nouvelles législations que son gouvernement a promulguées, il y avait une interdiction nationale des fusils d'assaut.

4/1: Les Néo-Zélandais ont manifesté leur solidarité avec les gens musulmans directement après l'attaque terroriste à Christchurch en construisant un monument commémoratif portant les noms des victimes dans la même rue où se trouve la mosquée attaquée. Des fleurs ont été offertes à ce mémorial toute la journée pendant plusieurs jours. Environ 20 000 personnes ont assisté aux prières dans un garage devant la mosquée attaquée pour manifester leur solidarité. Les avions ont écrit le mot arabe (Allah) dans la ligne d'horizon de la Nouvelle-Zélande

4/2: Les journaux néo-zélandais ont dédié des pages entières en hommage aux victimes et ont cité tous leurs noms, tout en appelant à une journée de deuil national. Dans sa première page, le New Zealand Herald titrait "Un appel à la prière" et "L'union fait la force", alors que le titre du journal Express, à la première page, était le mot long d'une page "paix".

4/4: Les officiers de police et les agents de sécurité qui remplissaient les rues de Christchurch portaient des insignes verts sur la poitrine pour symboliser solidarité et paix.

4/5: Des chaînes humaines se sont formées à l'extérieur de plusieurs mosquées en Nouvelle-Zélande pour symboliser la solidarité et la protection.

4/6: Des milliers de personnes ont participé à la marche intitulée (pour l'amour et la paix) dans les rues de Christchurch samedi matin pour rendre hommage aux âmes des victimes décédées. Les deux mosquées attaquées ont été rouvertes et environ 3000 personnes qui ont participé à la marche portaient des slogans tels que (Il voulait nous diviser mais il nous rendait plus forts!), (Non aux racistes!) et (Les Musulmans sont les bienvenus!). La plupart des participants à la marche étaient silencieux et certains murmuraient un hymne à la paix.

4/7: Même un groupe de motards notoire néo-zélandais montait la garde pour assurer la sécurité des mosquées partout en Nouvelle-Zélande lors des premières prières de congrégation du vendredi après le massacre de Christchurch.

4/8: Au milieu de cette noblesse, une voix d'extrémisme et de fanatisme a émergé en Nouvelle-Zélande: L'évêque de l'église Destiny, Brian Tamaki, a twitter sa dénonciation de l'Azan (ou l'appel à la prière musulmane) dans le pays en supposant que cela va à l'encontre des enseignements du christianisme, car Azan contient la phrase (Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah). Tamaki a exprimé sa crainte que la Nouvelle-Zélande ne soit un pays 'musulman' en vendredi; il a dit qu'il était d'accord sur le silence de deux minutes, mais il n'aime pas l'Azan; il a dit que Christ est le «dieu seul» et que rien d'autre ne représenterait la Nouvelle-Zélande. Tamaki a envisagé l'appel de Jacinda Ardern à diffuser Azan dans les médias néo-zélandais dans le cadre d'abus de son autorité politique. Il a dit qu'elle a insulté les vrais Chrétiens et que l'identité nationale est en danger. Heureusement, Tamaki a reçu des réponses rapides et fâchées: un commentateur lui a dit de ne pas prier et de laisser la place à ceux qui désirent prier sans crainte et pratiquer leurs rituels dans une liberté absolue; ils doivent pouvoir jouir de la liberté religieuse après le cauchemar qu'ils ont vécu; un autre commentateur a dit à Tamaki de se taire et d'essayer d'ouvrir son cœur à tous les êtres humains, selon les ordres de son dieu.

 

Deuxièmement: le camp du bien en dehors de la Nouvelle-Zélande:

1- Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a dénoncé les attentats terroristes de Christchurch. Il a mentionné le fait qu'un homme a accueilli ce terroriste australien (avant de montrer son arme) en disant: "Bonjour frère, bienvenue". Guterres a affirmé que c'était l'essence de l'islam, une religion qu'il respecte; son essence est l'amour, la miséricorde, la tolérance, la charité et le pardon. Guterres a souligné que le discours de haine, de fanatisme et d'extrémisme se répand rapidement dans le monde entier, notamment au sein des réseaux de médias sociaux. Malheureusement, de nombreux mouvements politiques déclarent publiquement son affiliation aux néonazis et utilisent leurs symboles et leurs devises, a souligné Guterres. Il a également mentionné que ce cancer se propageait rapidement et que nous devions tous trouver un remède. Guterres a indiqué qu'il avait demandé à Miguel Moratinos, haut représentant de l'Alliance des civilisations, d'élaborer un plan d'action pour inciter les organisations de l'ONU à s'impliquer dans la protection et la sécurité des lieux de culte dans le monde entier. Il a déclaré que les dirigeants mondiaux, les chefs religieux et les organisations à but non lucratif devraient participer à cet effort. Guterres a affirmé que les mosquées et tous les lieux de culte doivent être des refuges sûrs et non des cibles pour les terroristes. Il a prononcé son discours alors qu'il était entouré d'un imam de mosquée et de plus de 10 ambassadeurs (de pays islamiques et non islamiques) à l'ONU, notamment de représentants de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie.

2- Amnesty International a déclaré que "les horribles attentats perpétrés contre deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande ... rappellent de manière dévastatrice les conséquences de laisser la haine et la diabolisation passer inaperçues ... C'est l'un des jours les plus sombres de l'histoire de la Nouvelle-Zélande. L’agresseur qui a lancé sa haine mortelle et son racisme sur les femmes, les hommes et les enfants alors qu’ils prenaient part à la prière du vendredi nous a tous jetés dans le choc et la peine … C’est aussi un moment de prise en compte pour les dirigeants du monde entier qui ont encouragé ou transformé la politique de la diabolisation a coûté la vie à 49 personnes. Les rapports selon lesquels les attaques suivaient un manifeste de la suprématie blanche doivent inciter les dirigeants mondiaux à se lever contre cette idéologie haineuse. Aujourd'hui, nous nous tenons aux côtés de tous ceux qui ont perdu des êtres chers et nous nous engageons à nous unir contre cette haine. La Nouvelle-Zélande dans laquelle nous croyons est une société multiculturelle, accueillant les réfugiés et les migrants, et respectant le droit de chacun de pratiquer sa religion en paix. Ces attaques ne peuvent que renforcer notre détermination à lutter pour une société fondée sur la paix, l’espoir et la justice."

3- Après un voyage de 7 000 km, une délégation hawaïenne a offert une guirlande de fleurs à la ville de Christchurch, symbole de l'amour, de la paix, de la solidarité et des relations étroites après l'attaque terroriste. Les personnes présentes devant les deux mosquées étaient en larmes et de nombreux baisers ont été échangés à la vue de la guirlande. L’objectif était de soulager la douleur des familles des victimes et de tisser des fleurs de toutes les couleurs pour représenter toutes les races et les couleurs des êtres humains comme unies et indivisibles.

4- Un temple juif en Pennsylvanie, aux Etats-Unis, a lancé une campagne de collecte de dons pour les familles des victimes du massacre de Christchurch; l'objectif est de collecter 100 000 dollars américains. La déclaration de ce temple juif affirme que les Juifs soutiennent leurs frères musulmans et partagent le chagrin de ceux qui ont perdu des êtres chers dans un acte de violence aussi déraisonnable et que le travail se poursuivra jusqu'à ce que tous les habitants de la planète Terre vivent en paix dans le respect mutuel. Ce temple juif souhaitait rendre la faveur, car toutes les races et les communautés religieuses de la plupart des Etats américains, y compris des dons de hommes musulmans, l'avaient reçu, après avoir été attaqué le 27 octobre 2018 par un terroriste armé qui a tiré sur la congrégation sans discernement, tuant 11 personnes. Les donateurs envoient leurs dons en argent, accompagnés de leurs condoléances et de leur solidarité avec les Néo-Zélandais, tout en affirmant que l'amour leur permettra de vaincre la haine.

5- Tous les temples juifs de Nouvelle-Zélande ont été fermés pour la première fois le samedi 16 mars 2019, annulant les rituels ce jour-là en solidarité avec les gens musulmans du pays.

6- Un centre des droits de l'homme en Israël a souligné l'importance de mener une enquête sur la sympathie de certaines personnes figurant sur les réseaux de médias sociaux pour parler du criminel australien qui a perpétré le massacre de Christchurch dans les deux mosquées.

 

Enfin:

1- Les tyrans intronisés arabes et du Moyen-Orient vont bien sûr à l'encontre de tout ce qui précède! Ils n'ont jamais rien fait pour soutenir les victimes du massacre des deux mosquées en Nouvelle-Zélande.

2- Nous exhortons nos cher amis coranistes à soutenir l'appel lancé par la Première ministre de la Nouvelle-Zélande concernant le fait de faire face aux appels à la haine et à l'extrémisme et d'y mettre fin. Cet appel correspond au seul vrai islam; c'est-à-dire le Coran, rejeté par les gens "musulmans'' d'aujourd'hui.


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.