Search:
From the Archive
Most contravention women issues in Islam
La véritable source de danger concernant le massacre dans deux mosquées néo-zélandaises
Prepare your heart and soul
Does Congressman Tancredo Really Want to Bomb Mecca?
L'extravagance des membres de la famille royale saoudienne en tant que précurseur de la destruction imminente
Statement from the International Quranic Center (IQC):
Analysis of the results of Egypt Presidential Race
The Danger of Getting Married without a Waiting Period for Women
A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - III
Harmful Mosques and Mosques of Farting!
Message to the United Nations
Tears of FBI Agent
A devastating war between Israel & Hezbollah
The Problematic Issue of (Place) in the Hereafter
International Quranic Center
I Wish I Were Living with Prophet Muhammad during his Lifetime!
A Wronged Step-Mother
A discourse on the Promise and Pleasure of Allah
A Message to Our Beloved Quranists: We Would Like To Have This Simple Means of Support For the Sake of Islam
Refuting the Falsehood of Prophets' Dead Bodies Never Decomposed
A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - conclusion

A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - conclusion

 

 

Publié le 5 décembre 2019

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

 

Conclusion: leçons à tirer et conseils:

1- Nous, avec notre femme et nos deux fils, Amir et Hossam, avons été conduits dans la voiture de l'ami égyptien de Hossam qui nous a aidés à atteindre le mont Arafat. Sur notre chemin, nous avons vu un grand bâtiment avec un énorme panneau qui disait: (Université d'Um Al-Qora). Cela nous a fait penser à une histoire: nous avons une histoire liée au nom de cette université; cette histoire remonte à 1983. Après une longue lutte à l'intérieur de l'Université d'Al-Azhar (1977 - 1980), nous avons écrasé et vaincu le soufisme qui y dominait; à l'époque, nous étions un penseur sunnite «modéré» qui supposait qu'il serait acceptable de croire en quelques hadiths qui, apparemment et ouvertement, ne contredisent pas les versets coraniques. Dans le cadre de notre lutte contre les soufis azharites et leur chef soufi, le grand imam (ou chef-cheikh) d'Al-Azhar à l'époque, cheikh Abdel-Haleem Mahmoud, aucun professeur ou cheikhs azharite sunnite ne se tenait à nos côtés. Pourtant, une fois que nous avons réfuté le soufisme et prouvé qu'il n'avait rien à voir avec l'islam, de nombreux hommes sunnites azharites nous ont soutenus et se sont approchés de nous; ils considéraient nous comme le nouveau leader de la tendance sunnite haïssant le soufisme à l'intérieur d'Al-Azhar. A nos propres frais, en 1982, au Caire, en Egypte, nous avons publié notre premier livre, en arabe, intitulé "Al-Sayed Al-Badawi entre la vérité et le mythe", dans lequel nous réfutons la soi-disant sainteté d'Al-Badawi (l'un des plus grands saints soufis d'Egypte dont le mausolée est adoré à Tanta, Egypte) et nous prouvons qu'il n'était qu'un espion chiite et jamais un allié / saint du Seigneur Dieu; nous avons réfuté la notion de sainteté tout à fait car elle n'a rien à voir avec l'islam. Notre livre anti-soufisme est devenu populaire parmi les cheikhs wahhabites d'Arabie saoudite; un cheikh saoudien a acheté 1000 exemplaires de ce livre et les a distribués aux cheikhs sunnites wahhabites haïssant le soufisme. Les professeurs azharites de l'époque rêvaient de travailler dans les universités saoudiennes. Travailler là-bas signifiait recevoir des salaires élevés plus la possibilité d'effectuer un pèlerinage; la concurrence féroce entre les professeurs azharites pour travailler dans les universités saoudiennes a poussé l'administration azharite à mettre des règles afin d'arranger comment les professeurs seraient envoyé au royaume saoudien un par un chacun à son tour. Notre tour est venu en 1983; l'Université d'Um Al-Qora nous a demandé d'y travailler en tant que professeur; nous nous sentions très heureux à l'époque car ce serait notre chance d'effectuer un pèlerinage. Avant notre rencontre, dans les locaux de l'Université Al-Azhar, avec le comité saoudien venant de l'Université d'Um Al-Qora, nous avons reçu une lettre officielle portant le sceau du cheikh saoudien wahhabite Abdul-Aziz Ibn Baz; il a fait l'éloge de notre livre sur Al-Badawi; pourtant, il a osé de demander à nous l'omission de certains paragraphes de notre livre! Ibn Baz détestait notre point de vue sur la signification du terme coranique (les alliés d'Allah); nous affirmons que ce sont ces pieux monothéistes, à toutes les époques parmi tous les peuples, qui ont accompli de bonnes actions; dans notre livre, nous le prouvons en citant les versets coraniques suivants: "Ceux qui croient, et ceux qui sont Juifs, et les Chrétiens, et les Sabéens  - tous ceux qui croient en Dieu et au Jour Dernier, et agissent avec justice - auront leur récompense avec leur Seigneur, ils n'ont rien à craindre et ils ne pleureront pas." (2:62); "Ceux qui croient, et les Juifs, les Sabéens et les Chrétiens - quiconque croit en Dieu et au Jour Dernier et fait ce qui est juste - n'ont rien à craindre et ne pleureront pas." (5:69). Ibn Baz, qui aimait notre réfutation des saints / alliés soufis, n'aimait pas notre compréhension des (alliés d'Allah) et a demandé l'omission de plusieurs paragraphes. Cela nous a énervé et nous avons écrit une lettre de colère à Ibn Baz, lui disant que nous ne travaillions jamais sous lui. Quelques jours plus tard, le comité saoudien ne nous ayant jamais rencontrés, nous savions que le travail au royaume saoudien était perdu; nous pensions que nous ne serions pas en mesure d'accomplir le Hajj. Nous avons consulté le fils de notre oncle paternel, Dr. Abdel-Hameed A. M. Ali, qui était professeur au Département d'histoire comme nous; il nous a conseillé de refuser le travail au royaume saoudien afin de ne pas avoir de problèmes avec les cheikhs officiels saoudiens. Un autre professeur azharite nous a dit que chaque professeur égyptien qui désire travailler dans une des universités saoudiennes doit laisser sa dignité humaine à l'aéroport international du Caire! Nous ne pouvons jamais faire cela; nous avons décidé de rejeter le travail au royaume saoudien et nous n'avons jamais regretté cette décision, même si cela signifiait que notre souhait le plus cher d'effectuer un pèlerinage serait reporté indéfiniment. Nous sommes allés, avec notre femme et nos petits enfants, dans la ville d'Al-Ibrahimiyya, dans le gouvernorat d'Al-Sharqiyah, en Egypte, pour vivre un certain temps dans la maison de notre beau-père M. Mohamed Al-Baz. Le plus jeune de nos fils à l'époque était Hossam; il est né en 1983 le 1er mars (le même jour de notre anniversaire le 1er mars 1949); il était bébé quand nous vivions à Al-Ibrahimiyya. Les membres du comité saoudien de l'Université d'Um Al-Qora nous ont envoyé un télégramme, nous informant de leur désir de nous rencontrer avant de quitter l'Egypte; comment ils savaient que nous vivions dans la maison de notre beau-père reste un mystère pour nous. Lorsque notre beau-père nous a reproché car nous ont rejeté le travail au royaume saoudien, nous lui avons dit qu'ils souhaitaient transformer les professeurs égyptiens en esclaves ou marionnettes qui répètent ce que disent les cheikhs saoudiens; nous ne pouvons jamais faire cela; nos différends sur les hadiths que nous rejetons ne seraient jamais réglés du tout; nous ne pouvons jamais être d'accord; si nous y allions, de nombreux problèmes se produiraient inévitablement et nous retournerions de toute façon en Egypte. La seule chose dont nous nous sommes sentis désolés, c'est de manquer la chance d'effectuer un pèlerinage. Cette conversation entre nous et notre beau-père a eu lieu en 1983. Maintenant, 36 ans plus tard en 2019, nous avons effectué le Hajj; celui qui a pris en charge l'intégralité des dépenses est notre fils Hossam qui était bébé lorsque nous avons refusé de mettre notre religion en vente.

2- Notre relation avec l'Arabie saoudite s'est aggravée. L'Arabie saoudite contrôlait toutes les sociétés salafistes célèbres en Egypte à l'époque; nous étions le secrétaire général de la société salafiste (Dawat Al-Haq) et son principal sermoniseur dans ses mosquées. Nous avons prêché aux gens que tous les hadiths n'ont rien à voir avec l'islam; en utilisant le Coran, nous avons nié la soi-disant intercession et l'infaillibilité de Muhammad; nous avons prouvé que c'est un grave péché de considérer Muhammad comme le meilleur parmi les prophètes du Seigneur Dieu. L'Arabie saoudite a mené une guerre contre nous par le biais de l'ambassade saoudienne au Caire et de la soi-disant Ligue du monde islamique. L'Arabie saoudite s'est alliée aux cheikhs azharites; finalement, en 1985, cela a entraîné notre suspension du travail en tant que professeur azharite; notre salaire et notre promotion ont cessé; nous avons été empêchés de quitter l'Egypte. Après le procès de deux ans de type inquisition azharite de nous, nous avons été renvoyés de l'Université Al-Azhar en 1987; six mois plus tard, nous avons été emprisonnés en Egypte avec un groupe d'hommes coranistes égyptiens. Par conséquent, notre propre Via Dolorosa a commencé en 1985 en raison de l'influence saoudienne au sein du régime Moubarak en Egypte. L'ambassade d'Arabie saoudite au Caire a mené une guerre injuste contre notre personne en utilisant les armes du terrorisme et de la faim; cette ambassade contrôlait les officiers de l'Appareil de Sécurité de l'Etat égyptien qui détenaient le dossier des gens coranistes égyptiens. L'un de ces jeunes officiers nous a terrorisés en nous amenant à son bureau plusieurs fois pendant la nuit seulement; nous l'attendions généralement dans son bureau jusqu'à ce qu'il arrive dans sa Mercedes à minuit pour nous interroger! Lorsque nous avons quitté l'Université Al-Azhar, notre pension mensuelle était de LE 87, ce qui couvrait à peine les dépenses d'une semaine ou des repas du petit-déjeuner pendant un mois. Nous devions travailler pour subvenir aux besoins de nos enfants; nous avons travaillé comme éditeur d'une publication égyptienne (en arabe). Une fois que l'ambassade d'Arabie saoudite au Caire en a été informée, elle a soudoyé le propriétaire de la publication pour nous renvoyer; d'autres employeurs le savaient; ils ont employé nous pour obtenir de l'argent de cette ambassade en échange de notre renvoi! La plupart de nos articles publiés dans les journaux égyptiens étaient sans rémunération; nous avons travaillé volontairement (gratuitement) au sein de sociétés civiles telles que l'Organisation égyptienne des droits de l'homme, la Société égyptienne des Lumières et le Front national pour faire face au terrorisme. Notre pauvreté et nos souffrances se sont poursuivies avec notre femme et nos quatre enfants de 1985 à 1996. En effet, en 1996, nous avons travaillé au Centre Ibn Khaldoun au Caire et nous avons reçu un bon salaire mensuel régulier. En 11 ans (1985 - 1996), nos quatre premiers enfants ont connu la pauvreté et la privation jamais dignes d'enfants d'un professeur d'université et d'un penseur / auteur de renom. Nos quatre premiers fils ont réalisé à quel point nous étions terrorisés par les officiers de l'Appareil de Sécurité de l'Etat égyptien et comment nous risquions d'être emprisonnés à tout moment. Notre pauvreté a pris fin lorsque nous avons travaillé au Centre Ibn Khaldoun; nos quatre premiers fils ont accompagné nous dans le forum hebdomadaire (chaque mardi)que nous y avons tenu  qui ne s'est jamais arrêté de janvier 1996 à juin 2000 (lorsque le Centre Ibn Khaldoun a été fermé par le régime de Moubarak). Terroriser notre personne par les officiers de l'Appareil de Sécurité de l'Etat égyptien a augmenté à l'époque; cela a été encouragé par l'ambassade d'Arabie saoudite au Caire. De nombreux journaux égyptiens ont publié nos articles sur la critique et la réfutation des hadiths; dans bon nombre de nos livres publiés à l'époque, nous avons annoncé notre rejet de tous les hadiths de la sunna et appelé au coranisme comme seul véritable islam. Finalement, l'influence saoudienne a réussi en 2001 à convaincre le régime de Moubarak d'arrêter et d'emprisonner un groupe d'hommes coranistes égyptiens; cela signifie que nous allions bientôt être emprisonnés; nous nous sommes enfuis et avons demandé et obtenu l'asile politique aux Etats-Unis, laissant notre femme et nos six fils au Caire, en Egypte, jusqu'à ce qu'ils nous rejoignent un par un à la Virginie, aux Etats-Unis.

3- La leçon à tirer ici du point susmentionné est l'importance vitale du test de la privation et de la pauvreté; nos quatre premiers fils ont connu la pauvreté et la privation et cela leur a été très bénéfique; ils ont grandi pour devenir des hommes réels, forts et responsables; ils ont réussi à faire face et à surmonter toutes les difficultés; ils excellaient dans leur éducation et dans leur travail; ils sont la prunelle de l'œil de leur père. Contrairement à nos quatre premiers fils, nos deux derniers n'ont jamais connu la pauvreté et la privation; ils ont grandi après la fin de notre état de pauvreté et de faim; ils vivaient dans le soin tendre et affectueux de leurs parents aimants et de leurs quatre premiers frères. Cela a permis à nos deux derniers fils de s'habituer à recevoir sans donner; ils dépendaient beaucoup de leurs parents et de leurs quatre premiers frères. Nous avons déployé beaucoup d'efforts plus tard pour les réformer tous les deux; finalement, ils se sont améliorés; pourtant, ils ne peuvent pas atteindre le niveau de caractère de nos quatre premiers fils qui ont connu la pauvreté et la privation. En fait, un enfant ou un jeune gâté dont tous les désirs et les souhaits se réalisent ne pourra jamais devenir indépendant et réussir dans sa vie d'adulte. Un rappel: Hossam, notre quatrième fils, est celui qui a réalisé le cher souhait de son père de 72 ans alors qu'il couvrait l'intégralité des dépenses de notre voyage au Hajj. Au fait, le Seigneur Dieu a accordé à nous plusieurs autres fils qui ne sont pas nos fils biologiques; nous ne les avons jamais vus en personne; pourtant, ils sont au fond de notre cœur; ils luttent autant que possible avec nous pour le vrai islam; au sommet de la liste de ces fils aimables se trouve le traducteur égyptien M. Ahmed Fathy qui consacre la majeure partie de son temps depuis 2014 à traduire en anglais (et parfois en français) nos livres, articles et fatwas et il fournit les sous-titres en anglais à nos vidéos YouTube (https://www.youtube.com/user/ahlalquran1/featured). Nous ne pouvons donner à M. Ahmed Fathy aucune rémunération ou récompense; nous implorons et supplions sincèrement le Seigneur Dieu de le bénir et de le récompenser.

4- Il y a une autre leçon à tirer; certaines personnes supposent qu'une fois guidées par la Vérité coranique et qu'elles embrassent le fait - nié par la grande majorité des gens - que le coranisme est le seul vrai islam, les anges offriront des fêtes sur leur honneur et applaudiront leurs pas et le Seigneur Dieu leur accordera de nombreux dons. C'est une grave erreur. Dans le Saint Coran, le Seigneur Dieu affirme que l’atteinte de la vraie foi est toujours liée à des épreuves: «Les gens ont-ils supposé qu’ils seront laissés seuls pour dire: «Nous croyons» sans être mis à l’épreuve? Nous avons testé ceux avant eux. Dieu connaîtra sûrement les véridiques, et Il connaîtra sûrement les menteurs." (29:2-3); cela signifie que la connaissance de la Vérité s'accompagne tout le temps de patience; les croyants pieux se conseillent les uns les autres en adhérant à la patience: "Par le temps. L'être humain est en perte. Sauf ceux qui croient et accomplissent de bonnes oeuvres, et se conseillent mutuellement avec la Vérité et avec patience." (103:1-3); cela signifie que les monothéistes guidés seront testés par leur Seigneur Dieu car entrer dans le Paradis dans l'Au-delà n'est pas facile car cela implique d'adhérer à la Vérité, à la patience, à la piété et au djihad paisible pour Allah: "Pour que Dieu prouve ceux qui croient et élimine les mécréants. Ou attendez-vous pour entrer au Paradis, avant que Dieu n'ait distingué ceux d'entre vous qui luttent, et avant qu'Il ait distingué les patients?" (3:141-142). Finalement, le Seigneur Dieu n'a pas besoin de notre djihad / lutte pour le bien de Sa religion; c'est plutôt nous qui avons besoin de ce djihad paisible et intellectuel si nous voulons hériter de la Vie éternelle au Paradis: "Quiconque lutte, ne lutte que pour lui-même. Dieu est indépendant de tous les êtres." (29:6). Nous espérons sincèrement que la persécution, les épreuves et les tests que nous avons rencontrés au cours de la période (1977 - 2001) feront de nous parmi les gagnants acceptés, qui ont passé les tests de la vie, aux yeux du Seigneur Dieu et qu'Il nous fera parmi les habitants du Paradis.

5- Malgré le fait que l'influence saoudienne en Egypte était le principal facteur responsable de nos persécutions et de nos souffrances et de notre obligation de ne pas rencontrer les membres de notre famille (afin qu'ils évitent d'être persécutés à cause de notre visite), nous n'avons jamais écrit d'articles ou de livres pour attaquer et critiquer l'Arabie saoudite lorsque nous vivions au Caire. Nos écrits politiques de l'époque ont attaqué et critiqué le régime de Moubarak contre lequel nous nous sommes exprimés lors de nombreuses conférences tenues au Caire. A cause de notre persécution à plusieurs reprises, nous avons vécu dans une peur constante, nous avons vécu dans un vrai cauchemar pendant des années; nous avons exprimé notre ressentiment dans cet article à nous intitulé "Nous avons vécu ressentir notre nationalité égyptienne comme une honte", trouvé, en anglais, sur ce lien: (http://www.ahl-alquran.com/English/ show_article.php? main_id = 15627). Nous nous sommes demandé comment un président égyptien (c.-à-d., Moubarak) permettrait à un pays étranger (c.-à-d., l'Arabie saoudite) de persécuter un citoyen égyptien en Egypte au lieu de protéger ce citoyen. Le régime égyptien de l'époque a compromis nos droits en tant qu'un citoyen égyptien en échange de rials saoudiens et pour avoir mis fin au froideur et consolider le rapprochement entre l'Egypte et l'Arabie saoudite. En arrivant aux Etats-Unis, nous n'avons écrit aucun article ni livre pour attaquer et critiquer l'Arabie saoudite jusqu'à ce que nous manquions de patience lorsque l'influence saoudienne en Egypte de Moubarak a réussi à convaincre le gouvernement égyptien d'arrêter, de détenir et de torturer un groupe de nos proches en 2007 afin de punir nous; leur seul «crime» était d'être nos proches! Depuis 2007, nous avons commencé notre attaque et nos critiques virulentes contre l'Arabie saoudite dans nos écrits; nous avons appelé à la libération de la Mosquée Sacrée de la Kaaba de la famille royale Al-Saud et à l'effondrement de l'Arabie saoudite et à son retrait de la carte du monde (par exemple, voir notre livre, en français, sur ce lien:    http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=131). Pourtant, plus tard, nous avons réalisé que l'effondrement de l'Arabie saoudite signifie inévitablement de transformer l'Arabie et la région du Golfe en bains de sang et fosses communes; la grande majorité des victimes seront parmi les innocents; de graves dommages peuvent atteindre La Mecque et la Kaaba elle-même. Nous avons réalisé que l'Iran et les fabricants d'armes en Occident seront les seuls bénéficiaires dans un tel cas. Cela nous a poussés à changer de position; nous avons écrit et continuerons d'écrire sur l'introduction d'une réforme immédiate à l'intérieur du royaume saoudien afin de parvenir à la paix; c'est-à-dire l'islam en termes de comportement.

6- Bien sûr, l'introduction de tout type de réforme signifie changer la culture dominante afin de sensibiliser collectivement les citoyens. Cela commence par une réforme immédiate qui devrait avoir lieu au sommet de la pyramide du pouvoir et de l'autorité; cette réforme doit affirmer les valeurs coraniques supérieures de l'islam: la paix, la justice, les droits de l'homme, la dignité humaine, la liberté d'expression, la charité et la liberté absolue de religion/culte. Cela implique des réformes culturelles, éducatives et législatives qui prendront des décennies et nécessiteront de la stabilité. En fait, dans les pays arabes, les régimes royaux sont très stables et peuvent réussir lorsque la réforme est introduite en raison du mécanisme stable d'accès au pouvoir; c'est-à-dire que le prince héritier succède au roi et monte sur le trône. Cela contraste avec les républiques tyranniques du monde arabe où nous trouvons des tyrans / présidents intronisés qui restent au pouvoir et désirent que leurs fils ou leurs frères leur succèdent. Pendant leur présidence, ces tyrans passent leur temps à consolider leur pouvoir et à chasser leurs (supposés) ennemis et adversaires. Finalement, ces présidents sont évincés ou détrônés comme Moubarak d'Egypte, Al-Bashir du Soudan, Ben Ali de Tunisie, Ali Saleh du Yémen, Saddam Hussein d'Irak et Kadhafi de Libye. Ces présidents peuvent entraîner la destruction totale de leurs pays comme dans le cas de la Syrie et de la Libye. Nous affirmons ici que le régime royal saoudien est le régime royal le plus proche de l'introduction réussie des réformes par le prince héritier, M. Ibn Salman, qui a supprimé bon nombre des fardeaux précédemment causés par le wahhabisme; le wahhabisme ne prospère et ne domine que si des dirigeants puissants et riches le protègent contre les discussions et les critiques. Le prince héritier saoudien est un jeune homme dans un royaume dont les habitants sont principalement des jeunes qui utilisent les réseaux sociaux (par exemple, Facebook et Twitter); nous voulons dire qu'ils connaissent la modernité et ont des liens étroits avec elle. Personne ne peut nier que le prince héritier saoudien a d'abord commis de terribles erreurs en suivant les conseils de consultants corrompus et pervers. Pourtant, il est normal que les jeunes commettent des erreurs car ils tirent des leçons utiles, corrigent leurs erreurs autant qu'ils le peuvent et introduisent des réformes.

7- Puisque le wahhabisme est le problème, le coranisme est la solution. Nos écrits prouvent ce fait; nous avons bien sûr beaucoup écrit sur l'activation et l'application des seules vraies lois islamiques de la charia; c'est-à-dire les législations de la charia coranique. Le cas de l'application de la charia coranique en Arabie saoudite implique davantage d'écrits qui seront publiés sur notre site web (www.ahl-alquran.com). Nous soulignons ici, dans ce livre, que l'Arabie saoudite doit autoriser le Hajj (par opposition à la Omra qui est autorisée toute l'année) dans la durée des quatre mois sacrés du calendrier lunaire: Zu Al-Hijja, Muharram, Saffar et Rabei Awwal. En outre, l'Arabie saoudite doit autoriser le Hajj pour tous les êtres humains pacifiques (c.-à-d., les personnes musulmanes en termes de comportement pacifique) indépendamment de leurs sectes, doctrines et dénominations. Bien entendu, cela impliquera des mesures de sécurité à La Mecque et certains arrangements que nous mentionnerons en détail dans nos prochains écrits.

8- Ce ne sont pas simplement des conseils; ce sont plutôt nos suggestions basées sur notre profonde réflexion sur le Saint Coran. Les suggestions que nous proposons ici ont leurs énormes avantages financiers et ajouteront beaucoup à la réputation internationale de l'Arabie saoudite. Ces suggestions aideront à sauver la vie de milliers de personnes en appliquant l'une des principales caractéristiques de la grandeur de l'islam; c'est-à-dire la paix, car l'islam est la religion de la paix.


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.