Search:
From the Archive
The Challenges to Transition to Democracy in Egypt By Professor Dr. Abdelrazak Ali
The Quranic Expression of the Trumpet is Blown
Fatwas Part One-Hundred-and-Twenty-Seven
Institute Applauds Bangladesh High Court Suspension of Sigma Huda Conv
The Test of Succession in the Land between Moses' Pharaoh and the Israelites (1 of 2)
Quranic Terminology: Successor
La sauvagerie des conquêtes espagnoles en Amérique latine quand l'Espagne appartenait au camp du mal à l'Ouest
Is It A Conspiracy To Eradicate the Quranists in Egypt?
Al-Bukhari’s methodology in portraying Prophet Mohammad’s
Quranic Terminology: Truth/True/Truly/Truthful: (7) If You Are Truthful
Between Secularism and Religious Fraud
Objectives of Terrorism
Fanatic Fatwas
Factions in Islam
Quranic Terminology: Generosity/ Generous/ Generously
My Father Is My Problem!
The So-called Al-Aqsa of Jerusalem Is A Harmful Mosque, and Palestinians Will Never Be Successful as long as they Cling to It
About Ending Peacefully the Culture of Wahabi Terrorism and Crusades-Like Terrorism
Superior Bodies and the Society of Masters and Slaves
The Azharite Sheikh as a Scriptwriter!
Nous sommes le premier penseur à réfuter le puissant cheikh Al-Shaarawy, en Egypte, et il a demandé de mettre notre personne à mort!

 

Nous sommes le premier penseur à réfuter le puissant cheikh Al-Shaarawy, en Egypte, et il a demandé de mettre notre personne à mort!

 

 

Publié le 9 novembre 2019

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

 

Introduction:

1- C'est notre destin que nos idées réformistes en tant que penseur précèdent les idées de tous les autres. Nous avons payé le prix car nous avons été incarcérés et gravement persecutes. Des années plus tard, certaines personnes copiaient nos idées en Egypte, devenaient célèbres et en tiraient des avantages; personne ne donne à notre personne notre droit en tant que pionnier de la réforme religieuse en Egypte; nous avons commencé à emprunter la voie de la réforme religieuse après des siècles de notions erronées et de fiqh corrompu; en tant que pionnier, nous avons ouvert la voie aux autres et toutes les mines antipersonnel ont explosé contre notre personne uniquement. Nous continuons à marcher sans relâche sur la voie de la réforme religieuse et nous ne nous sommes jamais arrêtés ni reculés. Nous n'attendons jamais la gratitude ou un geste de remerciement de quiconque, même de ceux qui se sont attribué nos idées réformistes; ils ne nous donnent jamais le crédit de nos écrits sans précédent. Cela fait partie du prix que nous payons avec bonheur et nous nous sentons assez satisfaits; c'est la voie des prédicateurs pacifiques de la réforme qui ne demandent jamais de récompenses à aucun mortel; ils n'attendent que la récompense ultime du Seigneur Dieu pendant le Dernier Jour.

2- Nous écrivons ce qui précède car récemment en Egypte (en novembre 2019), une controverse a commencé au sujet du cheikh Mohamed Metwalli Al-Shaarawy (1911 - 1998), qui était l'agent du wahhabisme saoudien en Egypte, car ses idées ont été légèrement critiquées par une jeune présentatrice via son compte Facebook (c.-à-d., en toute sécurité chez elle et non via son émission télévisée!). Pourtant, les mots écrits par elle se sont répandus dans les médias égyptiens; ceux qui divinisent Al-Shaarawy étaient furieux et ont attaqué la jeune présentatrice et ont défendu le cheikh "sacré" et ses idées erronées. Bien sûr, ils ne peuvent plus nuire / persécuter ceux qui critiquent les idées extrémistes wahhabites propagées par Al-Shaarawy; son pouvoir a disparu une fois qu'il est mort. Bien entendu, dans nos efforts intellectuels et dans nos souffrances, le climat culturel et religieux en Egypte a changé depuis les années 1980 jusqu'à maintenant. C’est-à-dire que de nombreuses idoles sont tombées, de nombreuses icônes ont été détruites et de nombreuses vaches sacrées ont été abattues. Ils comprennent les quatre califes pécheurs antérieurs aux Omeyyades, les Arabes qui ont rejoint les conquêtes arabes après la mort de Muhammad, Al-Bokhary, des imams / auteurs des livres des religions terrestres des Muhammadans, le wahhabisme et Al-Shaarawy.  

3- Dans le zénith de son pouvoir, de son autorité et de sa renommée en Egypte et ailleurs dans le monde arabe, Al-Shaarawy haïssait notre personne parce que nous avions lancé l'attaque virulente et les critiques sévères contre ses idées corrompues dérivées du wahhabisme sunnite. A l'époque, nous vivions dans la capitale égyptienne, Le Caire, et les responsables de l'appareil de sécurité de l'Etat égyptien éprouvaient de la rancoeur envers nous et nos écrits et souhaitaient avoir la possibilité d'incarcérer notre personne; à l'époque, de nombreux cheikhs azharites ont fait pression sur l'Etat et le gouvernement égyptiens pour qu'ils réduisent au silence notre personne par la force ou par quelque moyen que ce soit, même si nous allions être incarcérés ou assassinés. Ils ont détesté que nous critiquions et réfutions leur religion sunnite de Satan par nos écrits coranistes. En règle générale, nous avons pris l’initiative d’abattre toutes les vaches sacrées, ce qui a provoqué la colère de nombreux adorateurs adorant ces vaches sacrées. Avant de nous infliger davantage de persécution, nous les avons généralement surpris en abattant davantage de vaches sacrées. Ceci est le résumé de notre histoire de vie dans le cadre des efforts de réforme religieuse. La vache sacrée connue sous le nom d'Al-Shaarawy n'est qu'une page de notre histoire de lutte pacifique pour introduire une réforme religieuse par le coranisme.        

4- Nous fournissons ci-dessous un aperçu historique de nos relations avec cette vache sacrée appelée Al-Shaarawy.

 

Premièrement: entre 1985 et 1987:

1- Au début des années 1980, en Egypte, nous avons rejoint une société salafiste «modérée» appelée Dawat Al-Haq, ou l'Appel à la Vérité, et sommes devenus son premier prédicateur au sein de ses mosquées. A l'époque, nous étions un penseur sunnite «modéré» qui essayait - en vain - de «réformer» la religion sunnite corrompue et ses hadiths. La télévision publique égyptienne a imposé l'émission d'Al-Shaarawy chaque vendredi; en revanche, lors de nos sermons du vendredi, nous lui avons (inopinément au début) prouvé qu'Al-Shaarawy avait tort et nous avons prouvé, en utilisant le Saint Coran, que ses idées étaient fausses. Beaucoup d'hommes nous ont demandé avec étonnement comment nous avions osé contredire Al-Shaarawy; nous leur avons dit que nous ne regardions jamais son émission de télévisée et ne lisions jamais ses livres; nous sommes un chercheur indépendant spécialisé dans ce qu'il dit; nous leur avons dit au lieu de poser une telle question à nous, ils auraient dû demander à Al-Shaarawy pourquoi il avait intentionnellement contredit le Coran; ils auraient dû dire à nous si nous avions tort ou raison et nous corriger si cela était possible. Nous leur avons dit que des opinions très différentes de celles de leur cheikh préféré, Al-Shaarawy, ne doivent pas être considérées comme une sorte de blasphème. Cependant, nous savions plus tard que ces personnes avaient transmis nos paroles à Al-Shaarawy et à un autre célèbre cheikh: Mohamed Al-Ghazaly (1917 - 1996). 

2- Al-Ghazaly a été exaspéré par notre position contre les idées d'Al-Shaarawy et il a écrit un article dans le magazine wahhabite basé au Caire (Al-Mukhtar Al-Eslami) pour attaquer notre personne; cet article était intitulé (l'enfant qui est un imposteur); il a attaqué notre personne et non nos idées; il a ridiculisé et s'est moqué de notre personne au lieu de discuter de nos idées réformistes; nous le méprisions beaucoup pour cela. Plus tard, Al-Ghazaly a facilement fait notre connaissance et nous nous sommes rapprochés; pourtant, nous avons abandonné son "amitié" après il a témoigné contre le regretté grand penseur laïque, Dr. Farag Fouda (1945 - 1992) après son assassinat au Caire par des terroristes wahhabites en 1992. 

3- Al-Shaarawy était plus rusé et sournois; il n'a jamais attaqué notre personne dans ses articles à l'époque pour ne pas nous attirer la gloire et éviter d'attirer l'attention des autres sur nos idées réformistes; il s'est vengé contre nous d'une manière différente; il a incité ses partisans de l'Université Al-Azhar à s'opposer à nous en tant que professeur qui y travaillait à l'époque. Le cheikh Al-Azhar (ou grand imam) était Jad Al-Haq (1917 - 1996); c'était un ignorant qui a fait beaucoup d'erreurs en arabe lors de ses sermons qu'il lisait sur un bout de papier; il a même commis de nombreuses erreurs en prononçant des versets coraniques dans de tels sermons. Nous le ridiculisions en public et nous nous moquions de son ignorance. Nous présumons que nos moqueries l'ont atteint alors qu'il détestait nous. Pourtant, Jad Al-Haq n'était pas l'homme qui a causé notre persécution, de notre incarcération et de notre démission de l'Université Al-Azhar. Nous avons su plus tard qu'Al-Shaarawy avait organisé tout cela pour se venger; le clergé azharite nous a fait interroger (à la manière d'une inquisition) au sein de l'Université Al-Azhar. Al-Shaarawy était derrière notre suspension du travail en mai 1985. Quelques mois avant ces événements, nous avons quitté la société salafiste car nous sentions que ses membres (qui souhaitaient expulser notre personne) nous considéraient comme persona non grata. Il était évident que l’influence saoudienne s’est interposée pour causer tout cela, alors même que les relations diplomatiques entre le royaume saoudien et le régime de Moubarak en Egypte avaient été rompues. Malheureusement, Moubarak et les autorités saoudiennes ont considéré Al-Shaarawy comme une référence dans la façon de traiter avec notre personne!   

4- Nous avons été suspendus (comme un professeur au département d'histoire de l'Université Al-Azhar) pendant deux ans (de mai 1985 à mars 1987), au cours desquels nous avons prononcé nos sermons (gratuitement, comme toujours, et c'est typique de notre personne) dans différentes mosquées chaque vendredi; de nombreux adeptes et fidèles d'Al-Shaarawy se sont disputés avec nous (et avec des hommes coranistes dans les mosquées) et nous ont poursuivis d'une mosquée à l'autre; c'est parce que dans nos sermons, nous avons attaque et ridiculisé les idées d'Al-Shaarawy sans mentionner son nom; un de nos amis (le regretté ingénieur égyptien M. Kheir Al-Khateeb) est intervenu et a parlé à Al-Shaarawy de nous et lui a donné des exemplaires de certains de nos livres; pourtant, Al-Shaarawy a refusé avec arrogance de regarder nos livres; il ne les a jamais acceptées comme cadeau de notre ami. En réponse, nous avons publié notre livre intitulé (Des musulmans pécheurs pourraient-ils sortir de l'Enfer pour entrer au Paradis?). Dans ce livre, nous contredisons et réfutons les points de vue d’Al-Shaarawy (en particulier au sujet de la soi-disant intercession) sans mentionner son nom afin d’éviter d’être persécutés. Pourtant, le puissant Al-Shaarawy a utilisé son autorité; il a convaincu les responsables de l'appareil de sécurité de l'Etat égyptien de confisquer tous les exemplaires de notre livre, alors qu'elle avait été imprimée et distribuée par les institutions d'Etat: Al-Ahram Press et Al-Akhbar Press, respectivement. Dans l'un de ses articles, Al-Shaarawy a écrit une déclaration exigeant que nous soyons mis à mort de la manière mentionnée dans le verset coranique 5:33! Quelques jours plus tard, nous avons été arrêtés et incarcérés en novembre 1987.   

5- Notre arrestation faisait partie de l'accord négocié pour rétablir les relations saoudo-égyptiennes après des années de froideur ou plutôt pour dégeler ou briser la glace entre le régime de Moubarak et les membres de la famille royale d'Al-Saoud. Cet accord a été mis au point sous les auspices d'Al-Shaarawy, qui a également participé à une conférence à Islamabad présidée par le président pakistanais, le général Zia-ul-Haq; lors de cette conférence, nous a été déclarée «apostat» et «infidèle» qui mérite d'être mise à mort! C'est parce qu'ils ont été exaspérés par notre livre intitulé (Les prophètes dans le Saint Coran: une étude analytique) qui réfute tous les hadiths sunnites et la notion d'infaillibilité de Muhammad et des autres prophètes. Une autre conférence wahhabite s'est tenue à Djedda, en Arabie saoudite, et a été organisée par La Ligue du monde islamique. Encore une fois, dans cette conférence, nous a été déclarée «apostat» et «infidèle» qui mérite d'être mise à mort! Les recommandations de cette conférence incluaient la création d'un centre à Al-Azhar pour défendre les hadiths sunnites et la biographie sunnite de Muhammad. Ce centre a été financé par de millions de US$ fournis par L'Arabie saoudite; son but était de réfuter les affirmations des ennemis des hadiths sunnites. Tous ces événements ont précédé l'article d'Al-Shaarawy dans lequel il exigeait que nous soyons mis à mort de la manière mentionnée dans le verset coranique 5:33. D'ailleurs, cet article a été publié dans le journal wahhabite basé au Caire (Al-Liwaa 'Al-Eslami). Le rédacteur en chef de ce journal était Ahmad Zayn, l'un des fidèles et agents d'Al-Shaarawy. La déclaration d'Al-Shaarawy fournissait le prétexte idéal pour que le régime de Moubarak incarcère notre personne en novembre 1987. Durant notre incarcération, Ahmad Zayn a continué d'attaquer notre personne dans ses articles et il a "réfuté" (en utilisant des hadiths sunnites) le idées dans notre livre intitulé (Des musulmans pécheurs pourraient-ils sortir de l'Enfer pour entrer au Paradis?).

 

Deuxièmement: la bataille de l'usure:

1- Le mouvement wahhabite en Egypte dirigé par Dr. Abdel-Sabour Shaheen et Al-Shaarawy a exhorté des milliers d'Egyptiens à investir dans des sociétés d'investissement "islamiques" (sous le signe de l'économie "islamique") plutôt que dans des banques. Dans ses sermons télévisés, Al-Shaarawy a affirmé que les taux d'intérêt des banques sont considérés comme de l'usure interdite dans «l'islam». Bien sûr, c’était un stratagème pour voler l’argent de simples citoyens crédules qui croyaient en Al-Shaarawy.

2- Malheureusement, la tendance laïque en Egypte a échoué face à une telle propagande (au service des soi-disant sociétés d'investissement "islamiques") dirigée par les médias égyptiens Al-Azhar et les centres wahhabites du Caire (notamment le centre Saleh Kamel. Saleh Kamel est un milliardaire saoudien marié à une actrice égyptienne). Notre ami le penseur laïque Dr. Farag Fouda, dans ses articles, a attaqué de telles sociétés d'investissement "islamiques", mais sa voix a été noyée par la propagande retentissante dirigée par Al-Shaarawy et le discours religieux wahhabite.

3- Nous avons dû réfuter Al-Shaarawy en utilisant le Coran; nous avons écrit notre premier article pour prouver que tous les types d'usure ne sont pas interdits dans le Coran; le Seigneur Dieu dans le Coran interdit l'usage de l'usure au lieu de payer la Zakat / la charité aux pauvres / nécessiteux. L'usure ou le prêt d'argent aux taux d'intérêt sont acceptables, dans l'islam, dans le cadre d'échanges commerciaux à condition que deux conditions soient remplies: il n'y aurait pas de taux d'intérêt composés et le consentement mutuel des tous partenaires est obtenu avant toute transaction commerciale. Bien sûr, les usuriers ou les prêteurs qui manipulent les pauvres / nécessiteux (en les prêtant à des taux d’intérêt au lieu de leur verser une charité) sont des pécheurs; les pauvres / nécessiteux et les témoins / scribes de cette usure illégale ne sont jamais des pécheurs. Dans cet article, nous fournissons des preuves coraniques à ces points de vue et réfutons les hadiths sunnites et les notions de fiqh concernant l'usure, car ils sont en contradiction avec le Coran.

4- Cet article a été publié par le journal public Al-Ahbar, basé au Caire. Cela a provoqué beaucoup de débats et de controverses; des gens ont dit que nous avions prouvé que Al-Shaarawy avait tort et qu'il avait été giflé par notre personne; c'est parce que notre article a réfuté ses arguments contre l'usure. Furieux, Al-Shaarawy et ses agents azharites ont conduit un cheikh azharite, Dr. Abdel-Moaty (doyen de la faculté de théologie [ou, en arabe, Osol Eddine] à l'Université Al-Azhar), à rédiger un article pour réfuter nos idées à l'aide de hadiths sunnites et notions de fiqh; nous avons ridiculisé Dr. Abdel-Moaty dans un article (publié dans le journal Al-Ahbar) intitulé (O Sheikh Abdel-Moaty! Attention à la colère du Seigneur Dieu!); un troisième article (également publié dans le journal Al-Ahbar) porte sur les types d'usure admissibles et explique comment les membres du clergé azharite ne parviennent pas à comprendre et à méditer sur le Coran. Les cheikhs azharites ont continué à attaquer notre personne dans une série d'articles publiés dans le journal Al-Wafd basé au Caire (dirigé par le parti politique Al-Wafd). Le «grand» imam ou cheikh d’Al-Azhar à l’époque s’est ingéré et a porté plainte contre nous à l’appareil de sécurité de l’Etat égyptien. Lorsque nous avons été interrogés par des officiers sur place, nos points de vue et nos réponses ont été logiques. Nous avons été libérés le même jour et la plainte a été annulée. Notre réponse a inclus que nos articles défendent l'Etat égyptien et l'économie égyptienne; nous avons dit que le cheikh d'Al Azhar avait plusieurs comptes bancaires qui devaient être vérifiés et qu'il avait accepté d'utiliser la monnaie égyptienne bien qu'elle soit émise par la Banque centrale égyptienne; pourquoi se contredirait-il et affirmerait-il que les relations avec les banques sont interdites dans «l'islam»?! Nous avons dit que nous n’avions aucun compte bancaire; nous défendons objectivement les banques égyptiennes sans chercher à obtenir de récompenses.

5- Nos articles portaient enfin leurs fruits; Al-Shaarawy et le grand mufti de l'époque (Dr. M. Sayed Tantawi, qui a plus tard persécuté notre personne et décédé en 2010) ont rencontré des membres importants du clergé et des cheikhs azharites qui ont à leur tour contacté le gouvernement égyptien et un accord a été attaint: le grand mufti a publié une fatwa selon laquelle les dépôts bancaires sont acceptables et autorisés, à condition que le régime de Moubarak empêche notre personne d'écrire des articles dans le journal Al-Akhbar et dans tous les journaux appartenant à l'Etat. C'est pourquoi Al-Akhbar a refusé de publier notre troisième article sur l'usure et la crise du manque de moralité (publié dans un journal indépendant).

6- Nos trois articles et l'article sur le cheikh Abdel-Moaty sont regroupés dans l'un de nos articles intitulé "The Usury Battle", qui se trouve en anglais sur ce lien:

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=6251

Il se trouve en arabe sur les liens suivants de notre site Web et sur le site Web de Modern Discussion:

http://www.ahl-alquran.com/arabic/show_article.php?main_id=689

http://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=83487

 

Troisièmement: notre attaque directe contre Al-Shaarawy dans un article intitulé (Cheikh Al-Shaarawy: Une vision économique):

  Cet article a été publié par le journal indépendant basé au Caire (Al-Ahrar) en mai 1994; nous avons écrit cet article en réponse à la confiscation de notre livre (publié par Akhbar Al-Yom, série mensuelle de livres) intitulé (L'Egypte dans le Saint Coran) (trouvé en anglais sur ce lien:  http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=97  +  trouvé en français sur ce lien:  http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=154). Ahmad Zayn était derrière la confiscation de tous les exemplaires de notre livre dans les librairies; il était un adorateur et un agent d'Al-Shaarawy; il s'offusquait du fait que notre livre se soit très bien vendu alors que les livres d'Al-Shaarawy n'étaient plus populaires. Certains journalistes honorables dans les journaux indépendants égyptiens (par exemple Al-Ahaly) et dans des magazines (par exemple Al-Hilal) ont dénoncé une telle confiscation commise sans raison apparente. Bien sûr, plus tard, il est apparu qu'Al-Shaarawy était à l'origine de cette confiscation de notre livre. Nous avons attaqué Al-Shaarawy directement dans un de nos articles intitulé (Cheikh Al-Shaarawy: une vision économique), en arabe, sur les liens suivants:

http://www.ahl-alquran.com/arabic/show_article.php?main_id=7093

http://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=230060

 

Quatrièmement: la bataille majeure: le procès de presse d'Al-Shaarawy:

1- Dans le 100ème numéro du journal Al-Ahrar paru en novembre 1997, plusieurs pages ont été consacrées à ce que l’on a appelé des "procès de presse" de personnalités emblématiques dans l’Egypte dans les domaines de la littérature, du cinéma, de la presse, de la vie politique et de la vie religieuse. Al-Shaarawy était parmi les personnes jugées et nous avons agi en tant qu'accusateur pendant que le cheikh azharite, Mansour Ebeid, le défendait. Nos mots ont été copiés dans le journal Al-Ahrar, alors que nous attaquions Al-Shaarawy et son wahhabisme. Nos mots sont publiés plus tard en avril 2007, en arabe, sur les lien suivants:

http://www.ahl-alquran.com/arabic/show_article.php?main_id=1647

http://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=94748

2- Pour se venger de notre personne, Al-Shaarawy a incité son fils, Ahmad Al-Shaarawy (qui présidait indûment le Conseil de recherches islamiques, basé au Caire) à inciter les agents de l'appareil de sécurité de l'Etat égyptien à arrêter et à incarcérer notre personne; ils ne l'ont pas fait. En effet, dans notre interrogatoire par eux, nous avons dit que notre présence dans ce procès de presse d'Al-Shaarawy était pour son propre bénéfice; si d'autres agresseurs auraient remplacé notre personne, ils auraient peut-être exposé le côté sombre de la vie d'Al-Shaarawy en tant que pédophile homosexuel.

3- Lorsque nous avons publié cet article (sur le procès de presse d'Al-Shaarawy), l'attaque virulente qui en a résulté et une avalanche de sévices verbaux et d'insultes à notre personne nous ont amenés à suspendre la fonctionnalité d'écrire des commentaires sous nos articles sur notre page du site Web Modern Discussion.

4- Notre réponse a été d'écrire un article intitulé (A propos d'Al-Shaarawy, encore), trouvé en arabe sur les liens suivants:

http://www.ahl-alquran.com/arabic/show_article.php?main_id=1680

http://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=95255

 

Enfin:

1- Malgré les remarques ci-dessus, nous, Dr. A. S. Mansour, avons rendu un grand service à Al-Shaarawy, décédé en ne sachant rien de tout cela. Ses partisans ne l'ont jamais su non plus; nous révélons cette histoire de ce service ici pour la première fois.

2- Lors d'une réunion privée avec des amis laïcs au Caire, en Egypte, ils ont parlé des aventures homosexuelles du pédophile nommé Al-Shaarawy qui préférait les adolescents et les enfants de sexe masculin; ils ont dit à notre personne que les policiers spéciaux du ministère de l'Intérieur, en Egypte, l'avaient filmé pendant qu'il avait eu des relations sexuelles avec des adolescents et des enfants de sexe masculine pour garantir la soumission et la obeisance d'Al-Shaarawy lorsque l'occasion se présente de le menace ou faire chanter un jour. L'un de ces amis laïcs a proposé d'embaucher un jeune homme homosexuel sans poil pour se rapprocher d'Al-Shaarawy afin de le séduire afin que leur relation sexuelle soit filmé par la tendance laïque en Egypte et que des centaines de copies d'un tel film soient ensuite être distribué en secret pour exposer et scandaliser Al-Shaarawy l'agent du wahhabisme saoudien. De cette façon, cette idole tombera pour toujours et personne ne croira en lui. Lors d’une telle réunion, tous les amis laïques ont approuvé l’idée, ont applaudi et ont ri; nous avons protesté avec colère et leur avons dit que l'idéologie wahhabite doit être réfutée par l'idéologie coraniste; nous leur avons dit qu'une méthode aussi déshonorante consistant à espionner la vie privée de quelqu'un ne convient jamais à des penseurs honnêtes et laïques qui aiment l'Egypte; nous avons menacé de rompre tout lien avec eux et de les exposer en tant qu'auteurs d'un tel complot; ils ont rejeté cette idée diabolique, mais pas par crainte de notre personne; ils craignaient plutôt que leur complot échoue et ne soit exposé et ils ne pourront jamais faire face au public égyptien. Par conséquent, l'idée diabolique de filmer Al-Shaarawy lors d'une rencontre homosexuelle a été rejetée principalement à cause de notre objection.

3- Nous avons été un ennemi honorable envers une créature qui manquait d'honneur.


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.