Si l’on veut empêcher sa langue de mourir,:
MATIERE A REFLEXION XX

يحي فوزي نشاشبي في الإثنين 10 مارس 2014


 

MATIERE  A  REFLEXION

XX

… Si  l’on  veut  empêcher  sa  langue  de  mourir,  si  l’on  veut  faire  connaître  dans  le  monde, faire  respecter  et  faire  aimer  la  culture  au sein  de  laquelle  on  a  grandi,  si  l’on souhaite  que  la  communauté  à  laquelle  on  appartient  connaisse  la  liberté,  la  démocratie,  la  dignité  et  le  bien-être,  la  bataille  n’est  pas  perdue  d’avance.  Des  exemples  venus  de  tous  les  continents  montrent  que  ceux  qui se battent habilement contre la tyrannie, contre  l’obscurantisme,  contre  la  ségrégation,  contre  le  mépris,  contre  l’oubli,  peuvent  souvent  obtenir  gain  de  cause.  Et  aussi  ceux  qui  se battent   contre  la  famine,  l’ignorance  ou  l’épidémie.

Nous  vivons  une  époque  étonnante  où  toute  personne qui a une  idée,  fût-elle  géniale,  perverse,  ou superflue, peut la faire parvenir, dans  la  journée,  à  des  dizaines  de  millions  de ses  semblables.

Si l’on croit  en  quelque  chose,  si  l’on  porte  en  soi-même  suffisamment  d’énergie,  suffisamment  de  passion,  suffisamment  d’appétit  de  vivre,  on  peut  trouver  dans  les  ressources  qu’offre  le  monde d’aujourd’hui les moyens de réaliser  quelques-uns  de  ses  rêves.. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

… Ce  qui  est  sacré  dans  la  démocratie,  ce  sont  les  valeurs, pas les mécanismes. Ce qui doit être   respecté, absolument  et  sans  la  moindre  concession,  c’est  la  dignité des êtres humains,  de  tous  les  êtres  humains,  femmes, hommes et  enfants,  quelles  que  soient  leurs  croyances  ou  leur couleur,  et  quelle  que  soit  leur  importance  numérique ;  le  mode  de  scrutin  doit  être  adapté  à  cette  exigence. ( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

… Mais je voudrais  revenir,  d’un  mot,  sur  l’Afrique  du  Sud.  Parce  qu’un  slogan  y  fut  brandi  naguère,  qui  peut  prêter  à  la  confusion,  celui  de  majority  rule,ou  gouvernement de la  majorité. Dans le  contexte de l’apartheid, c’était un raccourci compréhensible, à  condition  de préciser,  comme  le  firent  des  hommes  comme  Nelson  Mandela,  que  le  but  n’était  pas  de  remplacer un gouvernement blanc par un  gouvernement noir, ni  de  substituer  une  discrimination  à  une  autre,  mais  de  donner  à  tous  les  citoyens,  quelle  que  soit  leur  origine,  les  mêmes  droits  politiques,  libres  à  eux  d’élire,  à  partir  de  là,  les dirigeants  de  leur  choix ,  fussent-ils  d’ascendance  africaine  ou  européenne   ou  asiatique  ou mélangée.

( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

… Moi  qui  revendique  à  voix  haute  chacune  de mes  appartenances,  je  ne  puis  m’empêcher  de  rêver  au  jour  où  la  région  qui  m’a  vu  naître  suivra  le  même  chemin,  laissant  derrière  elle  le  temps  des  tribus,  le  temps  des  guerres  saintes, le  temps  des  identités  meurtrières,pour construire quelque chose en  commun ;  je  rêve  du  jour  où  je  pourrai  appeler  tout le  proche-Orient,  comme  j’appelle  le  Liban  et  la  France  et  l’Europe,  « patrie »,  et  « compatriotes » tous  ses  fils, musulmans, juifs et  chrétiens  de  toutes  dénominations  et   de  toutes  origines.

( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

… A  contrecoeur,  je  referme  la  parenthèse,  pour  revenir  à  mon  propos  de  départ,  et  redire,  au  plan  global, ce  que  j’ai  déjà  dit  à  propos  de  chaque  pays :  il  faudrait  faire  en  sorte  que  personne  ne  se  sente  exclu,  de  la  civilisation  commune  qui  est  en  train  de  naître,  que  chacun  puisse  y  retrouver  sa  langue  identitaire, et  certains  symboles  de  sa  culture  propre,  que  chacun,  là  encore,  puisse  s’identifier,  ne serait-ce  qu’un  peu,  à  ce  qu’il  voit  émerger  dans  le monde  qui  l’entoure, au  lieu  de  chercher  refuge  dans  un  passé  idéalisé.

Parallèlement,  chacun devrait  pouvoir  inclure,  dans  ce  qu’il  estime  être  son  identité,  une  composante  nouvelle, appelée à prendre de plus en plus  d’importance  au cours  du nouveau siècle,  du  nouveau  millénaire : le sentiment d’appartenir aussi à  l’aventure  humaine.( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf ).

***  

…Pour  ce  livre,  qui  n’est  ni  un  divertissement  ni  une  œuvre  littéraire,  je  formulerai  le  vœu  inverse :  que  mon  petit-fils,  devenu  homme,  le  découvrant  un  jour  par  hasard  dans  la  bibliothèque  familiale,  le  feuillette,  le  parcoure  un  peu,  puis  le  remettre  aussitôt  à  l’endroit  poussiéreux  d’où  il  l’avait  retiré,  en  haussant  les  épaules,  et  en  s’étonnant  que  du  temps  de  son  grand-père,  on  eût  encore  besoin  de  dire  ces  choses-là.( Les  identités  meurtrières  de : Amin  Maalouf )

*** 

     

اجمالي القراءات 6047

للمزيد يمكنك قراءة : اساسيات اهل القران
أضف تعليق
لا بد من تسجيل الدخول اولا قبل التعليق
تاريخ الانضمام : 2006-10-28
مقالات منشورة : 243
اجمالي القراءات : 1,638,971
تعليقات له : 221
تعليقات عليه : 329
بلد الميلاد : Morocco
بلد الاقامة : Morocco