Search:
From the Archive
My speech in the Conference of Writers in Norwich
The Falsehood of "The Lord Is My Shepherd" Is Contrary to the Islamic Faith
The Roots of Terrorism in the Saudi Wahabi Doctrine and the Muslim Brotherhood Terrorist Organization
I Said to Him: Shut Up! You Lie Just Like Abu Hurayrah!
The Enormity of Hunger Revolts
Fatwas Part One-Hundred-and-Twenty-Seven
Would the Crown-Prince Ibn Salman Witness the Collapse of his Saudi Kingdom?
Similar Quranic Verses and Definitive Ones in a Practical Study: "It Is but a Revelation Revealed." (Quran 53:4)
Which sect you choose?
Refuting the Falsehood of Prophets' Dead Bodies Never Decomposed
Quranists Are the Solution to Combat ISIS, and Yet!
You Have Caused Your Own Destruction!
The Maturity of the US
A propos de l'article précédent intitulé (Un appel adressé au président égyptien...)
Faith & Reason
Message to the United Nations
The Sunnite Religion and Issuing Legislation Never Permitted by God
The first word revealed is " Read "
Jusqu'à quand Israël continuerait-il à humilier les Palestiniens aux contrôles de sécurité?
The Stoning Myth
Le point . Fr
Égypte : l'étrange histoire de Mohamed el-Ghanam
By: - ali alghanam

"Mohamed

Mohamed el-Ghanam (à droite) est incarcéré depuis 2007 à la prison Champ-Dollon en Suisse. © Jean-Pierre Clatot

 

 

L'histoire du colonel Mohamed el-Ghanam ressemble à un mauvais roman d'espionnage, dans lequel James Bond rencontrerait Kafka. Victime au Caire d'un attentat à la soviétique en 1999, cet opposant de la première heure au régime Moubarak s'est réfugié en Suisse, où il est aujourd'hui enfermé sur la foi d'un rapport qui s'est révélé faux. Depuis plus de dix ans, sa famille ne parvient pas à le voir.

Extrêmement amaigri, le colonel el-Ghanam n'est plus que l'ombre de lui-même, assure son avocat, qui lui a rendu récemment visite dans sa prison de Champ-Dollon. L'Égyptien, ancien directeur du département de recherche juridique du ministère de l'Intérieur de son pays, avait demandé l'asile politique à la Suisse en 2001. Mais ce refuge est devenu sa geôle. Est-ce lié à son refus d'enquêter sur un centre islamique genevois au profit de la police helvétique ? L'affaire el-Ghanam ou la chute d'un officier qui en sait peut-être trop.

""Le polar commence dans une rue sombre du Caire. Nous sommes en 1999. Au volant d'une Coccinelle blanche, Mohamed el-Ghanam est pris en sandwich par deux voitures qui lui foncent dessus et lui font perdre le contrôle de son véhicule. Le colonel dirige alors le département de recherche juridique au ministère de l'Intérieur, mais il est identifié comme un fervent opposant de Moubarak. Il a ainsi refusé de falsifier des rapports destinés à compromettre un journal égyptien. Selon lui, c'est pour cela que le régime veut le faire taire. La Suisse accepte sa demande d'asile politique.

Descente aux enfers

En 2003, el-Ghanam passe un coup de fil au journaliste anglais Robert Fisk, réputé pour le sérieux de ses enquêtes. L'ancien haut gradé confie à Fisk que les services secrets et la police helvétique le traquent et le harcèlent depuis qu'il a refusé de travailler pour eux. Il soutient avoir été approché pour infiltrer le Centre islamique de Genève, dirigé par Hani Ramadan (frère de Tariq). Une opération nommée Memphis. Victime de paranoïa ou réellement persécuté ? L'ancien colonel porte plainte contre les services secrets helvétiques pour harcèlement moral. Pour l'ex-colonel, c'est le début d'une descente aux enfers.

L'Égyptien est d'abord mis en détention préventive pour quatre mois. Il est accusé, sur la foi d'un rapport de police, d'avoir planté un couteau de cuisine dans l'abdomen d'un doctorant africain. Une altercation qui a eu lieu le 15 février 2005, dans le hall de l'université de Genève où el-Ghanam prend des cours de droit pour devenir avocat. La victime dira plus tard que Mohamed el-Ghanam l'a menacée avec un couteau, mais qu'il ne l'a pas touchée.

"Pénalement irresponsable"

L'affaire du couteau est vécue par l'Égyptien comme une injustice. Il est persuadé que c'est son refus de travailler pour les services secrets qui lui a valu l'incarcération. Et dénonce une tentative d'intimidation de la part des services secrets, qu'il accuse de vouloir faire pression sur lui afin qu'il retire la plainte. Une affirmation qu'il clame haut et fort. Et d'adresser dans ce sens plusieurs courriers de menaces à des élus dont fait partie l'ex-conseillère d'État Micheline Spoerri, alors à la tête de la police cantonale.

C'est sur un rapport psychiatrique et la plainte de Spoerri, qui prétend avoir été menacée de mort, qu'il est jugé pénalement irresponsable et interné à Champ-Dollon, d'où il ne sortira plus. Problème : sept ans plus tard, le rapport de police se révèle être un faux.

La valse des remords

"J'ai eu une rupture d'anévrisme cette année-là et je n'étais pas en forme, j'ai mal interprété le résumé de l'altercation", a déclaré récemment Jacques Mettraux, l'officier de la Brigade de sécurité intérieure suisse (BRIS) rédacteur du fameux rapport. L'officier se souvient sept ans plus tard que Mohamed el-Ghanam n'a en fait jamais blessé le doctorant africain.

Micheline Spoerri, l'élue qui a porté plainte contre l'ancien colonel, se rétracte également. Elle a récemment confié au journal suisse La Liberté qu'elle reconnaissait que le degré de menace des lettres reçues à l'époque était très "controversé", mais que "tout de même" elle se souvenait d'avoir été menacée de mort...

En dépit de ces explications confuses, el-Ghanam est toujours incarcéré. Il n'a subi aucun procès en bonne et due forme, car il a été jugé "pénalement irresponsable". Nouveau problème : l'expertise psychiatrique a été effectuée sans qu'il ait vu le moindre psychiatre !

Le professeur Timothy Harding, à l'origine de l'expertise, est aujourd'hui à la retraite. Il éprouve lui aussi quelques remords. "Expertiser un patient sans pouvoir lui parler est très exceptionnel, je l'ai fait deux fois dans ma carrière. Je ne suis évidemment pas très tranquille de la tournure dramatique de cette affaire. Cela m'inquiète beaucoup", confie-t-il aux journalistes du journal suisse La Liberté.

Un officier de brigade qui revient sur son rapport, une élue qui n'est plus certaine du degré de dangerosité du détenu, un psychiatre qui déclare fou un patient qu'il n'a jamais rencontré : mais pourquoi garde-t-on Mohamed el-Ghanam en détention ? Son avocat tire la sonnette d'alarme sur l'état de santé de son client, qu'il dit être en danger de mort. Il souhaite le voir au plus vite quitter Champ-Dollon pour un établissement hospitalier.

Inquiétudes

Dans un café du centre-ville du Caire, le frère cadet de Mohamed el-Ghanam pense avoir quelques réponses à ces interrogations : "Je suis persuadé que mon frère sait quelque chose qui est susceptible de compromettre la police et les services secrets suisses ; cela tourne autour de l'infiltration du Centre islamique de Genève, l'opération Memphis." L'homme est pharmacien et n'a rien d'un hurluberlu. Il est arrivé au rendez-vous avec un attaché-case dans lequel sont compilées les preuves de l'innocence de son aîné. "Si les Suisses l'enferment et le font passer pour fou, c'est pour l'empêcher de parler", affirme Ali. Il ajoute ne pas être certain que la personne incarcérée à Champ-Dollon soit bien Mohamed el-Ghanam. "Je n'ai pas vu mon frère depuis 2001. À chaque fois que je me suis présenté à la prison, le personnel m'a affirmé que Mohamed refuse de me voir. Mon frère est-il toujours vivant ?" s'inquiète-t-il.

La seule personne qui a pu rencontrer le détenu est l'avocat de la famille, Me Baynet. "Bien qu'il ne m'ait pas adressé la parole, je n'ai pas de motif de douter que c'est bien Mohamed el-Ghanam que j'ai pu voir lors de ma dernière visite, dit l'avocat. Il m'a été présenté comme tel par les employés de la prison et la directrice du service d'exécution des peines. Mais effectivement, je n'ai pas pu le reconnaître, car il porte la barbe et ne ressemble pas aux photos que j'ai pu voir de lui, prises avant 2005. Je ne crois toutefois pas qu'il soit décédé", commente l'avocat. Son défenseur pense que, dans cette affaire, les services secrets suisses ont fait une erreur. "Il est plus simple de maintenir el-Ghanam en prison plutôt que de reconnaître les erreurs du passé", conclut-il.

Les autorités égyptiennes se réveillent

Après la chute de Hosni Moubarak, en février 2011, un nouveau Parlement est élu en Égypte. L'affaire el-Ghanam commence à faire grand bruit. Le ministère égyptien des Affaires étrangères s'est saisi du dossier. Le député Magdy Sabri réclame la libération de l'ex-colonel. D'après Ali el-Ghanam, l'ambassadeur de Suisse en Égypte devrait être convoqué incessamment.

Dominik Furgler, l'ambassadeur de Suisse en Égypte, ne peut recevoir les journalistes pour cause, nous dit-on, d'agenda chargé. Mais il répond par mail : "Monsieur el-Ghanam a été interné en 2007, suite à un jugement du tribunal compétent du canton de Genève. Il est actuellement détenu à cause de son état psychiatrique et maintenu en détention pour des raisons thérapeutiques. Cette mesure est régulièrement réexaminée par les médecins. Les autorités suisses et égyptiennes sont en contact sur cette affaire." Fin du mail. Pas de l'histoire.

7 Commentaires

"Ajouter

LABAUME le 03/05/2012 à 10:29

Big brother

Il y pire que Guantanamo, la Suisse ! Incroyable, c'est plus romanesque que le masque de fer, mais tout aussi criminel. Comment une démocratie occidentale peut-elle faire ça ? On tombe du placard ! Penser que ce genre de situation peut arriver à n'importe qui ! On croyait le goulag réservé à Staline, c'est réinventé par les gentils Hélvètes. Il est vrai qu'ils s'y connaissent en matière de coffre-fort.

lars le 03/05/2012 à 08:08

Démocratie

La justice doit être être rendue tard que jamais... En tout cas ça fait froid dans le dos.

Kevvin le 03/05/2012 à 05:42

Pas seulement en Suisse...

Cette affaire prouve deux choses :
1 - les relations condamnables qu'entretiennent les officines anti-démocratiques d'un pays avec les psys (VL le projet MK ultra de contrôle mental de la CIA dans les années 50),
2 - l'absence total de droit des citoyens internés contre leur gré, sur la foi d'un simple entretien psychiatrique qui, en l'espèce, n'a même pas eu lieu. La psychiatrie permet de détruire n'importe quel opposant sans jugement, sans que ne puissent intervenir ni famille, ni association. C'est le cul de basse fosse de nos démocraties. La question est de savoir si une telle chose peut se produire en France. Réponse oui. Non seulement des milliers de harkis après la guerre d'Algérie furent internés, mais aujourd'hui une loi permet à un psychiatre, et à un seul, d'interner d'office n'importe lequel d'entre-nous sans jugement, sans intervention du préfet du maire ou des parents. Le danger est à nos portes.

Jean-Francois Morf le 02/05/2012 à 21:45

Un cas pour Amnesty international !

Les détenus n'ont ils pas le droit légal de téléphoner à leur famille ?
Mubarak a-il empoisonné son ennemi pour le rendre fou ?
L'Egypte libre devra-t-elle se décider à exfiltrer el-Ghanam ?
Histoire invraisemblable !

leprofesseur le 02/05/2012 à 19:18

Parle-t-on d'une autre Suisse d'un tiers monde dictatorial, ou de cette même Suisse Européenne ? !

Ne critiquons plus ce qu'avait fait le feu Saddam Hussein ou Khadafi ou... Etc. Car à nos portes, ici, il y a pire.

A-Pierre le 02/05/2012 à 19:16

Une affaire carrément po...ie dans cet Edlorado de la transparence

L'enfermement psychiatrique tellement plus pratique pour se débarrasser proprement d'un gêneur...

sthelier le 02/05/2012 à 17:39

Bizarre et à suivre ! Et ça se passe en Suisse ?

La lecture de cet article m'a sidéré ! Et en plus cela se passe en Suisse ! J'espère que la presse (de ce pays modèle m'a-t-on toujours dit) ira jusqu'au bout !


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.