Search:
From the Archive
The Test of Succession in the Land between Moses' Pharaoh and the Israelites (2 of 2)
The Term (Lord) in the Quranic Chapter 12
Only Thirty Million US$ to Peacefully Put an End to the KSA
The Egyptian Culture of Telling Lies
Questions About Abou Bakr during the Journey to Yathreb
Al Sisi and the religion of ISIS
Job and Fellowship Listing
US and Iran: Enemies find common ally
LANGUAGE, CONFLICT AND SECURITY
Formation Statement of the Abraham Federation
How I Lost My Parents Twenty-Five Years Ago because of Visitors of Muhammad's Mausoleum!
The Post-Revolutionary Women’s Uprising of March 1979: An Interview wi
Principles of understanding the Qur’an
Clash of Civilizations
Quranic Terminology: Maqt
Prostration Required After Reading Certain Quranic Verses
America Ripe for Muslim Brotherhood’s Agenda?
The Descent and the Metaphysical Barsakh Levels
The People of the Remembrance Are also of Knowledge and Faith and of Understanding
Increasing Transparency in Governance in the Arab World
MATIERE A REFLEXION
MATIERE A REFLEXION vIII
By: - Yahia Fawzi

 

MATIERE  A  REFLEXION

********

(VIII)

01

…Même  quand  ils ne  sont  pas  respectés, les  textes  ont  une  influence  sur  nos  actes  du  seul  fait  de  leur  existence.

( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

02

…Et pour reprendre une image  de  mon  ami  EDGAR MORIN :

« Une métamorphose  est  possible. De la  chenille  peut  sortir  un jour le papillon » Alors faut-il s’en tenir à être  une  chenille et  espérer religieusement  l’avènement du  papillon ? ou, plus  honnêtement, travailler à ce  que la  chenille  trouve  les  voies de  son évolution ? ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

03

… « Mon  ennemi  est  mon meilleur  GOUROU » Ce qui veut dire que mon ennemi,  quel qu’il soit, si férocement que  je  puisse  le détester, il y a quelque chose de bon, de juste. C’est difficile, car on s’en tient toujours à des définitions extrêmement restreintes : L’ennemi est l’ennemi - Il faut de détruire ou le soumettre. Alors qu’il ne peut y avoir de véritable  solution  que  dans  la  recherche chez  l’ennemi de ce qu’il peut m’apporter à moi. Voilà une façon pour la diplomatie  de  prendre un  sens qu’elle  ignorait. ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

04

… Etre  conscient de sa propre raison veut dire la faire passer devant  son  propre  tribunal, comme le suggérait KANT. Seule la  conscience  peut  permettre à la raison de diriger la  raison. Et  nous  en  avons  bien  besoin.  ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

05

Du  reste, la multiplicité  des  cultures  est la  seule  chose  qui  fait une  culture … Il n’y a  pas  de  culture  qui  soit  l’apanage d’un  seul  élément  culturel. Si  elle  se  fondait  sur  une  seule  façon de vivre, elle serait un carcan, non un point de  passage. Le MULTICULTURALISME, est ce qui a fait la force de  l’Amérique. ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

06

… Même  la  France  n’est  qu’une  MOZAÏQUE  de  cultures  diverses.  Les  rois de  France  disaient « nos  peuples ». ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

07

L’intérêt  majeur  de  la  culture  c’est  qu’il y  en a  plusieurs, et  que  chacune  peut  à  la  fois  bénéficier  de  l’autre,  celle  qui  n’est  pas  la  même. ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

08

… ça sonne peut-être comme une  évidence,  mais  la  diversité  culturelle est  la  réponse  aux  crispations  identitaires.  WILLY  BRANDT  disait  fort  justement  que  réduire  le  budget  de  la  culture,  c’était  ouvrir la voie à la BARBARISATION du  monde. ( Tous  comptes  faits… ou  presque) de : Stéphane  HESSEL.

 

******** 


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.